.:.Chronique.:.

Pochette

Stateless

s/t

[!K7::2007]

|01 Prism #1|02 Exit|03 Bloodstream|04 This Language (feat. Lateef The Truthspeaker)|05 Down Here|06 Radiokiller|07 Running Out|08 Crash|09 Bluetrace|10 Inscape|

A l'heure actuelle, des groupes comme Stateless, on ne peut pas dire qu'ils se bousculent au portillon. Combinant des influences allant de The Aloof, Coldplay ou Radiohead on se croirait revenus dix ans en arrière. N'y voyez là aucun reproche particulier mais simplement le sentiment que Stateless oeuvre là où peu osent encore s'aventurer. C'est risqué mais on aurait tort de se priver de ce disque un peu sophistiqué aux accents tellement lyriques. Ce premier long effort fait montre d'une maîtrise autant technique qu'artistique assez remarquable. A l'évidence, si ce disque se révèle des plus confortables il adopte néanmoins une posture tortueuse qui fait son lit dans une somme de détails sonores qui, bien au contraire, ne surchargent aucunement le propos du groupe. Autant adepte d'une musique électronique raffinée que d'une pop classieuse, Stateless n'est clairement pas dans une optique frontale ou conflictuelle. Les Britanniques savent brosser l'auditeur dans le sens du poil avec une certaine intelligence qui fait que l'on ne rechigne pas beaucoup à son écoute. Ce qu'on ne pourra pas leur enlever, ceci dit, c'est cet investissement profond, une conviction totale en ce qu'il font. Le seul problème avec ce genre de disque c'est que, à la longue, cela peut vite paraitre prétentieux et un peu trop sérieux. Certes nous ne sommes pas là pour rigoler mais le travail accompli est loin d'être pompeux et ennuyeux.

Stateless se sauve grâce à une production soignée, des morceaux d'un très bon standing, un chanteur attachant et une exécution qui ne se contente pas de stéréotypes. Pour tout cela le premier album de Stateless dépasse largement le stade de curiosité musicale et se place comme un projet hybride qui, bien qu'encore un peu trop policé, a matière à aller beaucoup plus loin. Stateless semble donc être sûr de son fait et, inébranlablement, ils imposent leur marque pop-électro (plutôt qu'électro-pop) avec quelques accents soul et hip-hop. Stateless a l'avenir devant lui et, pour l'instant, son histoire commence sous les meilleurs auspices. Espérons simplement que la confirmation ne tardera pas trop ou que le groupe ne se repose sur ses lauriers croyant avoir fait le plus dur avec ce disque.

note : 7.5

par Fabien, chronique publiée le 30-01-2008

A voir également :

http://www.statelessonline.com

?>