.:.Chronique.:.

Pochette

Katerine

Border Live + Studio Live

[Barclay/Universal::2007]

Succès aidant, le sieur Philippe Blanchard, plus connu sous le nom de Katerine, commence à agacer dans les milieux où le “bon goût” est érigé comme une religion. Pourtant, il fut un temps où cela ne dérangeait personne et, même, où il était de bon ton d'apprécier le Vendéen. Des Mariages Chinois à 8ème Ciel on était prêts à tout lui pardonner et tout accepter. A partir du moment où Robots Après Tout s'est mis à marcher dans les chaumières et devenir une véritable réussite populaire il est devenu un peu moins fréquentable. Cependant, ici, on ne reniera rien. Robots Après Tout reste un bon album et le succès, aussi inattendu soit-il, ne changera rien, Katerine reste Katerine. Pour tout dire, cette mise en avant du personnage, il la mérite bien. Méritée aussi cette tournée triomphale qui l'a emmené sur de grandes scènes où il n'avait pas l'habitude de se produire. Border Live n'est pas le témoin de ces concerts. Du moins pas tout à fait. Avec La Secte Humaine (qui comprend des ex-Little Rabbits), Katerine a poussé le vice à réenregistrer les morceaux de Robots Après Tout mais dans les conditions du live (Studio Live). Pas de public, pas d'applaudissements déchainés, juste l'adaptation brute, façon rock'n'roll, d'un album qui se révèle de plus en plus comme un véritable pied de nez.

Pour compléter la chose, Border Live est aussi ce dvd qui retrace l'épopée du Néo-nantais et de ses comparses. L'originalité est que ce n'est pas transformé de manière habituelle. Chacun des morceaux est comme un patchwork de différentes performances du combo. On y voit ainsi l'évolution de la tournée, des plus petites salles à la scène du Zénith. On se rend compte alors que l'introverti Katerine est aussi un bon show-man qui joue son personnage à fond, s'amuse avec son public et se révèle beaucoup plus drôle que prévu. Border Live confirme au moins une chose essentielle. Katerine n'est plus cet outsider qui ne pouvait satisfaire qu'une poignée de mélomanes. Il a pris une autre dimension mais il n'a pas perdu ni vendu son âme. Il est suffisament intelligent pour ne pas succomber à la facilité. Il demeure ce personnage atypique qui ne se fait sûrement aucune illusion quant à ce qui l'entoure et préfère prendre les choses avec dérision et détachement. C'est ce qu'il a toujours fait. Pas de quoi lui lancer des pierres.

note : 7.5

par Fabien, chronique publiée le 23-01-2008

A voir également :

http://www.katerine.net

?>