.:.Chronique.:.

Pochette

Seilman, Faustine

Silent Valley

[Collectif Effervescence::2007]

|01 Keys are bound to be found|02 The ballad of a starving man|03 The man who said no|04 Nocturne, Italy Square|05 Sincerly Yours|06 Mum|07 Silent Valley|08 Puppet|09 Road Of Silence|10 Soap Opera|11 Steppenwolf|12 Sweet Walk|

Enregistré entre Noël 2006 et le premier janvier 2007, Silent Valley est l'entame magnifique d'une carrière en solo qu'on espère aussi riche que ce disque. Au moment où j'écris ces lignes il s'est écoulé exactement une année depuis sa sortie. Epuisé et quasiment au bout du rouleau, Silent Valley m'a tenu à flot de façon inespérée. Faustine Seilman, qu'on a pu voir et entendre dans My Name Is Nobody, dépose toute son âme avec la sensibilité d'une Laura Veirs et la force paisible et lumineuse d'une Scout Niblett. Deux références que la jeune Nantaise ne pourra pas renier. C'est un peu une main tendue que nous propose Faustine Seilman, de celles qu'on ne refuse pas, de celles qui vous invitent dans l'intime et la chaleur humaine. En parlant de chaleur, il ne pouvait en être autrement puisque c'est entouré d'amis et de proches que Faustine Seilman a construit patiemment et amoureusement ce Silent Valley. De Vincent Dupas (My Name Is Nobody, Fordamage), Carla Pallone (Mansfield.TYA), Jonathan K.Seilman (This Melodramatic Sauna, The Patriotic Sunday) ou Eric Pasquereau (The Patriotic Sunday, Papier-Tigre), tous se sont mis à son service avec application mais aussi avec une grâce tout à fait touchante. Silent Valley est alors ce genre d'album rempli de passion, d'émotions fortes qui se prennent en pleine face comme une révélation.

Pourtant il n'y a rien de spécialement mystique dans Silent Valley. Faustine Seilman nous parle simplement de ses états d'âmes avec une conviction qui évite, heureusement, toute larmoyance. Tout au contraire, si Silent Valley est fortement sensible il échappe aux pesanteurs musicales qui ont tendance à un peu forcer le trait et font perdre tout intérêt aux compositions. Pas de cela ici, la justesse des morceaux et l'interprétation tout en volupté est en passe de faire passer ce premier effort (presque) solitaire pour un coup de maître. En tout cas Silent Valley vous fait prendre conscience que l'on est peu de choses, que ce qui nous entoure, les personnes qui traversent votre vie sentimentale est ce qui devrait le plus compter pour soi. Vivre aussi pour les autres, c'est une belle leçon à retenir.

note : 9

par Fabien, chronique publiée le 21-01-2008

A voir également :

http://www.collectif-effervescence.com

?>