.:.Chronique.:.

Pochette

Moriarty

Gee Whiz But This Is A Lonesome Town

[Deschamps & Makeïeff/Naïve::2007]

|01 Jimmy|02 Lovelinesse|03 Private Lily|04 Motel|05 Animals Can't Laugh|06 (...)|07 Cottonflower|08 Whiteman's Ballad|09 Tagono*Ura|10 Oshkosh Bend|11 Fireday|12 Jaywalker (Song For Beryl)|

Bien souvent Moriarty est présenté comme l'une des belles surprises de l'année 2007. Même si Gee Whiz... est fort plaisant il n'y a pas lieu de casser trois pattes à un canard. Beaucoup de lieux communs viennent nourrir ce disque countrysant guidée par une chanteuse au timbre de voix très sixties, totalement baba-coolisée et issue d'une Amérique plus que profonde. Ca peut paraître un peu agaçant à l'écoute mais il faut admettre que l'album tient quand même sur ses pattes. Dans le fond Moriarty est un peu plus qu'un groupe country. Il puise de manière assez large dans le folk US, dans tout ce qui a pu alimenter la musique populaire d'outre-Atlantique au cours des siècles passés. C'est assez ambitieux comme démarche quand on y pense. C'est sans doute pour cela qu'on sera indulgent si Moriarty n'est toujours à la hauteur de la tâche. Gee Whiz... comporte pourtant de bonnes idées, les morceaux sont bien souvent bien écrits et les musiciens ont une maîtrise de vieux briscards. A la limite ce disque serait presque de ceux qui rassurent, valable pour le happy few, du comestible à tous les étages mais on ne sent pas vraiment de mise en danger. C'est juste joli, point.

Et heureusement que ce disque a de belles tournures car il aurait été rapidement taxé d'opportunisme folkeux. Si Gee Whiz... a tendance à bien s'écouler dans l'Hexagone (toutes proportions gardées, bien sûr) c'est peut-être parce qu'il est convenable. De toute façon il est assez connu que le convenable a toujours eu les faveurs du plus grand nombre. Tant mieux pour Moriarty après tout. Ce succès naissant n'est pas forcément volé non plus. Le charme peut aisément agir et même les plus difficiles peuvent se laisser émouvoir par quelques chansons de l'album. Pour autant il ne faut pas être dupe. Moriarty a encore tout à prouver, Gee Whiz... n'étant que le premier chapitre timide qui pourrait se révéler plus passionnant si le groupe arrive à dépasser les conventions. Finalement le vrai défi pour Moriarty se trouve bien là et il y a fort à parier qu'ils ont les capacités pour réussir là où bien d'autres ont fini par échouer.

note : 6

par Fabien, chronique publiée le 08-01-2008

A voir également :

http://www.moriartyland.com

http://www.naive.fr

.:.L'avis des autres rédacteurs.:.

Jack : avis du rédacteur

?>