.:.Chronique.:.

Pochette

Raveonettes, The

Lust Lust Lust

[Fierce Panda::2007]

|01 Aly, Walk With Me|02 Hallucinations|03 Lust|04 Dead Sound|05 Black Satin|06 Blush|07 Expelled From Love|08 You Want The Candy|09 Blitzed|10 Sad Transmission|11 With My Eyes Closed|12 The Beat Dies|

Alors qu'on les tenait pour les grands espoirs rock'n'rollesque de ce début de siècle, le soufflé est vite retombé sur The Raveonettes. Pretty In Black, leur prédédent album, n'avait pas spécialement laissé derrière lui un enthousiasme particulier, le groupe étant rentré dans la norme. On leur reconnaît juste cette capacité à faire de bons albums sans que cela se traduise par une notoriété plus importante. On aurait même pu croire que The Raveonettes n'était plus dans le coup, à la limite du has-been mais le duo est encore loin d'en être à se creuser sa propre tombe. Tout au contraire Lust Lust Lust sonne plus comme une résurrection qui devrait logiquement les remettre à la place qu'ils n'auraient jamais dû quitter. Pour faire simple, Lust Lust Lust est sans doute le meilleur disque du groupe à ce jour. Sune Rose Wagner est plus inspiré que jamais, n'ayant choisi pour ce disque que de pures pépittes au charme 50's comme eux seuls savent en retranscrire. De Aly, Walk With Me à The Beats Die, The Raveonettes fait montre d'une grâce mélodique qui est supportée humblement par la voix sensuelle de Sharin Foo. En soit il n'y a pas grand-chose de bien neuf dans la musique du duo. On y retrouve les mêmes obsessions qui vont de My Bloody Valentine à The Jesus & Mary Chain en passant par Buddy Holly. Ceci dit l'album est une réussite à tous les égards. Le groupe, sans doute plus mature, sait désormais jusqu'où il peut aller et a pris toute la mesure de ses capacités.

Une prise de conscience qui les a fait quitter leur label de toujours pour Fierce Panda et réaliser ce disque dont la beauté incandescante est à vous faire tomber à genoux. Et quelle terrible injustice si jamais le public boude Lust Lust Lust. C'est probablement la première fois que le couple intègre parfaitement ses influences, les ressort avec une intelligence accrue et produit un niveau sonore plus acéré que jamais. Mais faut-il qu'on soit déjà un public aguerri aux canons musicaux d'un Jesus & Mary Chain, connaître sur le bout des doigts White Light / White Heat pour apprécier ce disque ? Non, sûrement pas mais cela aidera sans doute à mieux cerner les orientations prises par le groupe. En soi il n'est nullement besoin d'être un puits de science pour admettre la justesse de ce disque. Qu'on se le dise, The Raveonettes est redevenu grand et c'est plutôt une bonne nouvelle.

note : 8.5

par Fabien, chronique publiée le 28-12-2007

A voir également :

http://www.fiercepanda.co.uk

?>