.:.Chronique.:.

Pochette

Pluramon

The Monstrous Surplus

[Karaoke Kalk::2007]

|01 Turn In|02 Border|03 If Time Was On My Side|04 Drowning In You|05 Snow Blow|06 Fresh Aufhebung|07 K-Land|08 Can't Disappear|09 If The Kids Are United|10 Fishing|11 So ?|

Après l'étonnement provoqué par Dreams Top Rock voici de ça quatre ans, Marcus Schmikler poursuit la mue de Pluramon avec ce The Monstrous Surplus, album plongé dans l'éther new-wave et indie pop à la 4 AD. Toujours accompagnée de Julee Cruise, il accueille de nouvelles têtes avec Julia Hummer et Jutta Koether. Ici on abandonne définitivement les envolées électrisées à la My Bloody Valentine qui avaient fait toute l'empreinte du disque précédent de Pluramon. Plus mélodique, sans doute plus poétique et arguant d'une aisance qui confine presque à la facilité. Il ne faudrait cependant pas que ce dernier terme soit pris de manière péjorative. Simplement Marcus Schmikler et ses camarades semblent être dans leur élément, comme si cela faisait partie de leur quotidien, comme un acte naturel, un acquis génétique. Il faut croire que Pluramon est plus devenu un projet qui retraduit ce qui a nourri Schmickler pendant ses années de jeunesse. Et grand bien lui fasse puisqu'il est quasiment le seul à creuser dans ce genre de sillon et, comble de bonheur, il est aussi rigoureux et aussi inspiré que sur ses autres projets.

Même si, comme sur Dreams Top Rocks, ce disque fait un peu redite ou hommage nostalgique, il faut se rendre à une certaine évidence : Marcus Schmickler sait écrire et produire autre chose que de la musique électronique et ce avec une réussite qui dépasse l'entendement. Avec ses guitares limpides, ses voix diaphanes, sa naïveté romantique, The Monstrous Surplus s'impose sans peine comme une évidence. Aucun besoin de tour de chauffe. On rentre pleinement dans le vif du sujet dès les premiers instants. Sans détours on sait que Schmickler sera dans une approche musicale dans ce qu'on entendait à la fin des années 80 et au début des 90's dans l'indie-pop britannique. C'est intelligent, bien pensé et souvent touchant au plus juste. Et que dire de cette reprise étherée et émouvante de If The Kids Are United de Sham 69 ? Preuve que tout est définitivement transformable. Pour autant on peut penser que le disque n'échappe pas à certains clichés mais ce qui est important c'est de prendre de plein fouet la justesse de ce disque qui ne connait pas de réels points faibles. On pourra peut-être lui en trouver un, c'est d'être trop marqué par une époque. Ceci dit ce genre de critique c'est vraiment négligeable.

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 21-12-2007

A voir également :

http://www.karaokekalk.de

?>