.:.Chronique.:.

Pochette

Fruitkey

Chevaline

[T-Rec::2007]

|01 Hand In The Dark|02 San Andreas Fault|03 Stand|04 Competition|05 Funny Friend|06 White Steeple|07 I Have Known Love|08 Birdhouse|09 Monument|10 Restaurant|11 Without A Fight|12 73 Wounded Knee|13 Chevaline|

Jason Glasser a été fort occupé cette année. Après la sortie de la sortie de l'album de Versari c'est celui de son propre projet qui vient au jour. Fruitkey, d'ailleurs, comprend déjà dans son staff les autres membres de Versari, à savoir Jean-Charles Versari et Cyril Bilbeaud. On reste en famille. Ajoutez à cela trois autres musiciens et on aura la formule complète. Chevaline succède à Beauty Is, sorti deux ans auparavant, prenant une orientation country-pop tout à fait rafraichissante. Si Chevaline, par bien des aspects, peut paraître un peu léger cela n'est qu'un leurre bien orchestré. Qu'on se le dise ce disque est un projet tout ce qu'il y a de plus sérieux. Chevaline tient avec des morceaux d'une vivacité presque adolescente. Pourtant Jason Glasser et ses camarades sont loin d'être des novices et il y a bien longtemps qu'ils sont sortis de leurs crises d'acné. A cent mille lieues de faire du jeunisme, Fruitkey est plus dans une optique d'une musique décomplexée et qui assume complètement son amour de la country comme étant autre chose qu'un genre réalisé par des rednecks vivant encore avec trente ans de retard.

L'americana à la Will Oldham a ce côté sombre et triste que n'aura jamais Fruitkey. Nombreux sont ceux qui ont suivi la trace du fondateur des Palace Brothers. Fruitkey a choisi une autre voie, celle d'une musique plus vivante, plus optimiste et qui, du moins c'est le sentiment qu'on en a, est plus à prendre au premier degré plutôt que de chercher le sens caché de chaque morceau. Ne voyez pas de dénigrement là-dedans, c'est juste que l'on parle ici de deux styles qui, bien qu'ils aient la même racine, sont dans des orientations complètement différentes. La reprise d'un morceau des Silver Apples est, d'ailleurs, assez symptomatique de l'état d'esprit du groupe. Formation des années 60, The Silver Apples avait cette capacité de paraître aussi décontracté grâce à des formats pop qui s'adaptaient mal, pensait-on, au psychédélisme de leur musique. Fruitkey, finalement, c'est le chemin de traverse qui montre la country sous un visage plus vivant et aussi pop que possible. C'est tout aussi respectable, d'autant plus que la formule fonctionne à merveille.

note : 7.5

par Fabien, chronique publiée le 07-12-2007

A voir également :

http://www.fruitkey.com

http://www.t-rec.org

?>