.:.Chronique.:.

Pochette

Copeland, Eric

Hermaphrodite

[Paw Tracks::2007]

|01 Hermaphrodite|02 La Booly Boo|03 Oreo|04 Green Burrito|05 Wash Up|06 Spacehead|07 Tree Aliens|08 Scum Pipe|09 Dinca|10 Mouthhole|11 FKD|12 Scraps|

Il fallait que cela arrive un jour ou l'autre. Eric Copeland, maître à penser de Black Dice et membre de Terrestrial Tones, sort son premier effort solo sur l'inévitable label Paw Tracks que je n'aurai plus l'audace de vous présenter. Si on connaît un tant soit peu ses deux projets précédents, on peut librement penser que son échappée solitaire puisse être marquée par les déchaînements sonores expérimentaux les plus déroutants. Pour ce Hermaphrodite personne ne sera déçu car c'est exactement ce qui se passe. Mais comme à son habitude, Eric Copeland fait en sorte que chacun de ses disques ne ressemble à aucun autre. Fruit d'un effort de deux années, Hermaphrodite est le résultat d'une collecte de sons et de musiques divers que Copeland a voulu unir en les associant habilement, leur donnant ainsi une nouvelle vie. Evidemment ce disque est difficilement identifiable et, raisonnablement, il sera inutile de le cataloguer. Entre certaines réminiscences africaines, les hallucinations folks et les différents déliriums sonores conçus par l'Américain, il y a comme une forme de fascination qui s'exerce sur l'auditeur. Multi-colore et multi-directionnel, Hermaphrodite est un véritable kaléidoscope de textures musicales, d'associations improbables, et est en mesure d'être l'un des disques les plus biscornus de la discographie d'Eric Copeland.

Disque insensé, Hermaphrodite n'offre pas qu'un seul visage mais cent et là où on pourrait le trouver complètement décousu, Copeland se contente d'en faire à sa guise. A la limite on pourrait presque le comparer aux premiers disques de Cabaret Voltaire qui, à la fin des années 70, avait eu une démarche un peu similaire mais, sans doute, avec des moyens moindres. Eric Copeland se situe assurément plus dans cet héritage de musique mutante, inquiétante mais non dénuée d'un intérêt qui se situe bien au-delà de la simple curiosité. Ce qui est certain c'est que ce disque a parfaitement sa place au sein de Paw Tracks qui, de plus en plus, est en train de s'imposer comme le lieu de refuge des plus beaux allumés du moment. Avec une totale liberté on assiste ici à une véritable leçon de création artistique, de celles qui ne sont régies que par leurs propres auteurs et non par des impératifs structurels.

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 05-12-2007

A voir également :

http://www.paw-tracks.com

?>