.:.Chronique.:.

Pochette

Versari

Jour Après Jour

[T-Rec::2007]

|01 Shine|02 And Then She Said|03 Les Silhouettes|04 Dans Un Rêve / Dans Un Cauchemar|05 D'autres Lendemains|06 Les Amours Quotidiens|07 Le Retour|08 Les Lignes Blanches|09 Blunt|10 Sweet|11 Atmosphere|

Après la séparation des Hurleurs, il fallait bien passer à autre chose. C'était l'occasion pour Jean-Charles Versari de se lancer dans un projet plus personnel et, sans doute, plus maîtrisé. Inutile de dire qu'il a fait une croix sur son passé hurlant pour se concentrer sur un univers moins tourmenté, abandonné de tout néo-réalisme auquel d'autres essaient encore de s'accrocher. Versari, à mi-chemin entre Tindersticks (la production de Ian Caple n'y est sans doute pas étrangère), la fausse légèreté d'un Dominique A et les abysses d'un Bashung, fait preuve d'une maturité exemplaire. Aidé en cela par Cyril Bilbeaud (ex-Sloy) et Jason Glasser (Fruitkey, ex Clem Snide), Jean-Charles Versari accomplit une formule qui lui sied à ravir. Jour Après Jour est le type même de disque pour personnes en complet-veston qui auraient gardé une âme sensible, donnant beaucoup d'importance à l'existentialisme et aux relations entre les individus. Tout ceci ne serait que pure littérature si Versari n'avait pas su mettre une forme musicale inspirée qui tient autant de la pure élégance que de la prise de risque anti-commerciale.

Car, évidemment, Versari n'est pas dans un cadre musico-mercantile. Il s'écarte doucement, mais sûrement de tout ce qui pourrait marcher sur le moment. Ainsi le trio est hors cadre, hors contexte mais, malgré tout, se révèle comme un groupe passionnant qui tient fermement sa position avec une classe que seuls des musiciens expérimentés peuvent avoir. Ainsi on ne sera pas étonné de voir d'autres musiciens, ayant quelque peu de bouteille, intervenir sur ce disque comme Jean-François Pauvros ou Joseph D'Anvers. Jour Après Jour est finalement un album rassurant. Celui d'un type, fort bien accompagné, qui ne se sera pas laissé aller à la facilité, préférant chanter en français avec cette voix si suave et grave qui donne une marque indélébile à la musique du groupe. Mine de rien Versari s'impose comme une évidence avec ce premier album qui s'achève avec la très judicieuse, et très réussie, reprise d'Atmosphere de Joy Division. «Atmosphère», c'est peut-être ce qui résume le mieux leur musique.

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 09-11-2007

A voir également :

http://www.versari.org

http://www.t-rec.org

?>