.:.Chronique.:.

Pochette

Katamine

Lag

[Tinstar Creative Pool/Carrot Top Records::2007]

|01 Kick The Kill Higher|02 Junior Buddha|03 Old Catherine's Box|04 Winchester Gun|05 How Quiet Should I Be|06 Pulse Song|07 Creep In The Cellar|08 Where The Ambulance Rolls|09 No Wonder We're Damaged|10 Someone Came Around|

Qu'il soit seul ou accompagné, Assaf Tager est la figure emblématique de Katamine. Katamine, projet acoustique épuré, où viennent s'adjoindre Uri Frost, Zoe Polanski et Haggai Fershtman, se montre dans le plus simple appareil, sans artifices. Une mise à nu qui semble avoir attiré bon nombre d'artistes ces dernières années. Assaf Tager et ses comparses peuvent bien apparaître comme une formation de plus dans la foule déjà existante mais il imprime son identité par une capacité à écrire des chansons inspirées et humbles. Lag sonne juste de bout en bout et on se prend rapidement d'affection pour ce disque et son chanteur qui, malgré tout, n'est pas aussi atypique que cela. Car il faut bien le dire si Lag peut être accueilli les bras ouverts ce n'est uniquement que sur la foi de morceaux rudement bien écrits. Pour le reste on se contente d'un intimisme acoustique de rigueur qu'on a pu entendre bien des fois. Et ce ne sont pas les ajouts discrets de noise étouffé qui changeront la donne. Lag déroule alors son côté un peu maladif, ses accents de repli sur soi sans avoir le moindre sentiment d'ennui. C'est même pire que cela, on se laisse prendre par la sincérité du bonhomme qui, sur un ton monocorde et plaintif, sait se rendre touchant au-delà toute imagination.

Bien que ce disque ne nous était pas spécialement destiné (initialement il n'était paru qu'aux Etats-Unis et en Israël), on ne sort pas vraiment fâché qu'il soit distribué dans nos contrées. On découvre ainsi un Assaf Tagar prometteur et, à l'heure de la sortie prochaine de son deuxième album, il nous apparaît comme un outsider de choix. Pour autant il n'en est pas encore à postuler pour la place du prochain Nick Drake. Il n'est pas dit non plus qu'il devienne un éternel perdant au teint blafard comme peut le laisser entendre la pochette de l'album. Assaf Tager est juste l'un de ces poètes modernes qui manient aussi bien l'art de l'écriture que le métier de mélodiste. Lag le met en bonne position pour ne pas être un artiste de seconde zone. En attendant ce second opus, dont on espère qu'il soit aussi fouillé que Lag, on aimera se perdre dans les sentiments torturés d'Assaf Tager qui ne peuvent raisonnablement pas laisser insensible.

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 05-11-2007

A voir également :

http://www.katamine.org

?>