.:.Chronique.:.

Pochette

Fire Engines

Hungry Beat

[Acute Records::2007]

|01 Candyskin|02 Meat Whiplash|03 Get Up And Use Me|04 Everything's Roses|05 Big Gold Dream|06 Plastic Gift|07 Sympathetic Anaesthetic|08 Discord|09 New Thing In Cartons|10 Hungry Beat|11 Lubricate Tour Living Room Part 1|12 Lubricate Your Living Room Part 2|13 Get Up And Use Me (Version)|14 Sympathetic Anaesthetic (Version)|15 New Thing In Cartons (Version)|16 Plastic Gift (Reprise)|

La carrière de Fire Engines au début des 80's fut brève. Trois singles et un mini-album suffiront pour que les Ecossais passent la main. Dix-huit mois d'existence qui auront au moins permis à quelques-uns d'être marqués durablement par leur musique. Alex Kapranos (Franz Ferdinand) ou Bobby Gillepsie (Primal Scream) citent le groupe comme une influence majeure. Le culte est tel chez Kapranos que Franz Ferdinand a poussé le vice jusqu'à inviter le groupe sur scène et à publier avec eux un split paru chez Domino. Domino qui ira même jusqu'à sortir une compilation (Codex Teenage Premonition) de démos et de lives qui tient plus du document sonore que d'une oeuvre achevée. Acute Records, dont la force de frappe est tout de même moindre que Domino, aura réussi à récupérer les enregistrements du groupe et à les publier sur un seul et même album, le bien nommé Hungry Beat. L'entreprise est plus que louable puisque si Fire Engines fut un groupe éphémère il fut tout de même l'auteur de quelques pépites comme Candyskin, Get Up And Use Me ou Sympathetic Anaesthetic. Dans la droite lignée de groupes comme le Velvet Underground ou Television, Fire Engines avait toutes les qualités pour aller au-delà du statut de formation culte pour initiés.

Hungry Beat remet les choses en ordre et replace Fire Engines comme un groupe qui aura marqué son temps avec une poignée de morceaux aussi tranchants qu'une lame de rasoir. Fire Engines est le groupe post-punk par excellence, nerveux, habité et capable de prouesses insoupçonnées. Ils auraient pu être de formidables outsiders s'ils n'avaient décidé de mettre un terme à l'aventure. Hungry Beat apparaît comme l'ultime testament et laisse de profonds regrets. Reste cette compilation qui est encore le moyen idéal de se faire la meilleure idée sur ce groupe aujourd'hui méconnu. Au moins les fans de Franz Ferdinand pourraient-ils faire l'effort d'aller jeter une oreille attentive sur les petites perles que contient ce disque. Ce ne serait, finalement, que justice et personne n'y trouverait à redire. Hungry Beat, malgré son côté un peu daté, vaut bien n'importe quel ersatz actuel inspiré par le post-punk. Du moins, à l'époque, ils avaient le mérite d'être originaux.

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 31-10-2007

A voir également :

http://www.acuterecords.com

?>