.:.Chronique.:.

Pochette

Avey Tare & Kria Brekkan

Pullhair Rubeye

[Paw Tracks::2007]

|01 Sis Around The Sándmill|02 Opís Helpus|03 Foetus No-Man|04 Who Wellses In My Hoff|05 Lay Lay Off, Faselam|06 Palenka|07 Sasong|08 Was Ónaíp|

Quand on aborde un disque réalisé par un membre d'Animal Collective il faut toujours s'attendre à quelque chose de spécial. David Portner aka Avey Tare et Kristin Anna Valtysdottir (ex-Mùm et accessoirement femme dudit Portner) aka Kria Brekkan ont sorti un disque qui, selon les points de vue, pourra être considéré soit comme un coup de génie soit comme une sombre fumisterie. Ce qui est certain c'est que Pullhair Rubeye fait parler de lui et pas toujours en bien. Il faut dire que le couple s'est engagé sur une voie qui ne pouvait que dérouter l'auditoire. Les morceaux préalablement enregistrés sont ,ici, joués à l'envers. De prime abord on pense à une blague, une erreur ou un défaut dans l'impression du cd. Rien de tout cela, le concept développé par Avey Tare et Kria Brekkan est on ne peut plus sérieux. Tellement sérieux que cela a déclenché de violentes ires dans certaines rédactions. Comment ces deux-là peuvent-ils tomber dans des projets aussi abscons ? On n'y comprend rien, l'écoute du disque est une véritable épreuve et on développe à qui mieux mieux toute l'inutilité d'un tel effort musical. Pour autant, Pullhair Rubeye vaut-il de telles diatribes ? Doit-on crier tout de suite à l'arnaque ? Il m'est avis de rester bien prudent.

Assurément Pullhair Rubeye sera à ranger (et sans doute pour longtemps) parmi les albums les plus incompris de sa génération. On pourra toujours s'amuser à remettre tous les morceaux dans le bon ordre pour se donner un autre aperçu de ce disque mais la première impression restera pour beaucoup celle d'un album incompréhensible, difficile à apprivoiser et qui laisse planer un arrière-goût de rendez-vous manqué. Avec autant d'handicaps à son actif Pullhair Rubeye peut prétendre à devenir un objet de culte. Et pourquoi pas ? Un projet aussi farfelu ne peut être soutenu que par de profonds allumés. Tout un disque à reculons, en voilà une idée ! Au moins Pullhair Rubeye fait directement le tri de ses auditeurs, ne sélectionnant que ceux qui auront su aller au-delà de son aspect un peu rebutant. Ce disque, finalement, il faut le mériter mais le jeu en vaut-il vraiment la chandelle ?

note : 5

par Fabien, chronique publiée le 03-10-2007

A voir également :

http://www.paw-tracks.com

?>