.:.Chronique.:.

Pochette

Eluerd, Guillaume

The Year Of The Dog

[Fabriq::2007]

|01 Paper Of Armenia (Quiet)|02 No Soap|03 Ballad|04 Failure|05 The Beauty Of Mankind|06 Paper Of Armenia (Not So Quiet)|07 I Am Without Light|08 Louise|09 Oh, Brother, What A World !|10 Friends|11 The Old House|

Quand le disque de Guillaume Eluerd est tombé dans certaines rédactions le premier réflexe a été de grogner contre un énième album néo-folk, genre qui encombrerait le marché. C'est fort possible après tout. Pourtant The Year Of The Dog n'a pas à pâtir de tels a priori. D'abord connu sous le nom de Nimp, sous lequel il a sorti quelques disques de musique électronique, Guillaume Eluerd a donc repris son patronyme pour finalement changer son fusil d'épaule. Délaissant l'électronique (enfin pas totalement puisqu'on peut sentir sur The Year... quelques ajouts subtils), le Versaillais d'origine s'est lancé dans une formule accoustique qui démontre qu'il est un song-writer plus que talentueux. En limitant les instrumentations Guillaume Eluerd a sans doute voulu se sentir plus proche de son auditoire. En donnant cette touche plutôt intimiste et en réalisant des chansons d'une beauté lumineuse, il se place à des années-lumière de n'importe quel tâcheron qui réussit sur un seul morceau ce qu'il parvient à faire sur un album entier. Avec une réelle décontraction il obtient une musique aussi mélancolique que chaleureuse qui vous parle immédiatement et sans détours.

C'est simple, il n'y a même pas à réfléchir. The Year Of The Dog est d'une limpide clarté, de celle qu'on ne peut oublier si on s'est donné la peine de jeter une oreille attentive aux divagations de son auteur. Pourtant il n'y a rien de vraiment révolutionnaire dans ce que fait Guillaume Eluerd. On pourra même dire que d'autres sont passés avant lui avec autant de réussite, mais il faut reconnaître que l'album est rudement bien écrit, que le Français s'est efforcé de ne faire apparaître aucune faiblesse. Nous sommes peut-être devant un cas d'école mais qui mérite amplement les félicitations du jury. Solide jusqu'au bout The Year Of The Dog est ce que l'on peut appeler un coup de maître, un bijou intemporel qui vaut n'importe quelle production nord-américaine. Guillaume Eluerd s'en est sûrement nourri, quand on y pense, et sans compter encore bien. Il a su parfaitement digérer ces influences et les mettre à son profit (et le nôtre soit dit en passant) pour ce premier disque acoustique enchanteur. Si vous ne savez pas comment peut s'incarner la grâce, il vous suffira d'écouter The Year... . Ce sera une bonne piste à suivre.

note : 9

par Fabien, chronique publiée le 29-09-2007

A voir également :

http://www.myspace.com/guillaumeeluerd

http://www.fabriq.net

?>