.:.Chronique.:.

Pochette

Laporte, Jean-François

Soundmatters

[23 Five Incorporated::2007]

|01 Electro Plana|02 Boule Qui Roule...|03 Dans Le Ventre Du Dragon|04 Mantra|05 Plénitude Du Vide|

La discrétion est un art qui se cultive. Jean-François Laporte est l'un de ces rares artistes, obscur parmi les obscurs, qui n'ont que très peu de traces discographiques à leur actif. En ce qui le concerne, on ne le connaissait qu'à travers Mantra qui avait été édité par Metamkine pour la série Cinéma Pour L'Oreille. C'était en 1997. Depuis, plus rien, ou presque. Laporte avait bien créé Electro-Prana, l'année suivante mais ne l'avait pas, autant que je sache, rendu publique. C'est sous l'impulsion du label 23 Five Incorporated que paraît Soundmatters, compilation de morceaux enregistrés entre 1997, donc, et 2005. Musique acousmatique et traitements électroniques minimaux sont la signature de ce disque sombre et inquiétant. Il importe peu que les morceaux aient été enregistrés à des moments très différents, l'intensité qu'ils dégagent n'en est pas dévaluée. C'est l'avantage de ce genre de musique. Elle ne subit pas les affres du temps et peut s'appréhender de manière tout à fait sereine, sans a priori ou sans sentir de différences d'approche dans la construction sonore. Laporte se positionne dans un minimalisme sombre à la limite de l'opacité et qu'il utilise des sons environnementaux (Electro-Plana), de longues lignes électroniques (Boule Qui Roule...) ou des cuivres (Dans Le Ventre Du Dragon), ses compositions s'accrochent à vous d'une manière viscérale et réellement prenante.

Ils sont d'ailleurs assez rares ceux qui arrivent à dégager de tels sentiments. Dans ce créneau on peut vite être blasé, croyant souvent écouter les mêmes choses, trouvant que certains manquent parfois d'imagination ou de force de caractère dans leur musique. Ici, Jean-François Laporte, sans être un rénovateur, sait capter l'attention avec des créations qui sortent de la simple introspection pour se porter vers des espaces sonores fascinants. Des espaces qu'il occupe pleinement, sans discontinuité et sans aucun temps mort. Il installe des ambiances inquiétantes et tenaces qui ont plus trait à la musique industrielle qu'à la musique accousmatique dans laquelle, par facilité, on aurait trop tendance à le cataloguer. Soundmatters, oeuvre compilatoire, sans doute, mais qui reflète parfaitement ce à quoi Jean-François Laporte s'est essayé pendant un peu plus de dix ans. Une oeuvre pleine pour une musique totale.

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 24-09-2007

A voir également :

http://www.23five.org

?>