.:.Chronique.:.

Pochette

Function

The Secret Miracle Fountain

[Locust::2007]

|01 Beloved, Lost To Be Begin With|02 The Red Hook Overview|03 Prayer In Tonal Forest|04 Unshaken (Positively Implacable)|05 The Wind Itself|06 Shards|07 Mad Light Obviating Things (I)|08 Hanalei (Alone With The Real Magic Dragon)|09 Tiger Cub Samourai|10 City River Rock|11 New Music For Bowed Animals|12 Electric Outcome|13 The Broken Shaman|14 Sinai (Freedom Doesn't Care What I Do)|15 Mad Light Obviating Things (II)|16 Thunder's Freshwater Tears|


La formation (si tant est qu'on puisse parler de formation) menée par Matthew L.Nicholson est difficile à cerner. Du moins, Function est plus un groupe caméléon qui arrive à changer de couleur avec une élégance qu'on ne recontre pas tous les jours. The Secret Miracle Fountain c'est aussi l'histoire d'un périple qui l'a porté jusqu'aux quatre coins du globe. De ses voyages il a rapporté des collaborations musicales qui forment aujourd'hui la matrice de cet album. De New York à Melbourne, du Sinaï à Londres en passant par Venise ou Hawai, Nicholson se sera enrichi d'approches musicales différentes et pour le moins enivrantes. Cela aurait pu être un terrible piège pour lui, son disque pouvant devenir un catalogue sonore disparate et décousu qui l'aurait sans doute rendu indigeste. Tout au contraire Nicholson a tenu à ce qu'il y ait une certaine cohérence même si ses choix et les diverses directions qui sont prises peuvent étonner voire dérouter. A la fois spatial, rêveur, à la limite d'un certain psychédélisme paresseux et d'une pop lumineuse, Function dégage une sérénité imperturbable tout en évoluant dans un univers irréel, illuminé par une musique qui vous traverse comme une longue envolée mystique.

Pour arriver à ce résultat, il aura fallu plus de trois ans de travail. On imagine, alors, assez mal tout l'effort qu'il aura fallu déployer pour donner à toutes ces petites échappées mélancoliques, aussi diverses soient-elles, la matière qui servira à les relier les unes aux autres. Et c'est sans doute là la force de ce disque. Malgré les diverses directions prises on sent qu'elles ont toutes la même origine et qu'elles convergent toutes vers un seul et même point. Paradoxalement c'est dans la multiplicité que Nicholson trouve une unité. Parce qu'il change régulièrement, parce que The Secret... est un disque à tiroir, jamais on ne se sent dans la moindre monotonie. Le monde est fait de reliefs et Function adopte ce simple principe pour créer un album aussi exaltant que peuplé de chimères sonores aussi alambiquées que l'esprit de Nicholson est tortueux. Dans le genre disque inclassable, The Secret... se pose là, calmement, sans faire d'esclandre mais en n'oubliant pas l'essentiel : la beauté.

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 15-09-2007

A voir également :

http://www.locustmusic.com

?>