.:.Chronique.:.

Pochette

Faint, The

Danse Macabre

[Saddle Creek / City Slang ::2003]

The Faint en est, avec ce “Danse Macabre”, à son troisième album. Dire que les deux premiers étaient passés inaperçus est un doux euphémisme.

A la réception de ce disque je croyais encore mordicus avoir à faire avec un nouveau groupe. Crétin que je suis ! Comme quoi il faut toujours se renseigner sur les groupes que l’on chronique. Sur ce disque The Faint se rappelle des productions 80’s. Alors que cette mode à redescendre, voire à se normaliser, The Faint en remet une couche, comme si cela ne suffisait pas. Pourtant ils en mettent de l’énergie, de l’audace, de la hargne.

Et c’est efficace. Malgré tout le sentiment de déjà entendu perdure. Cet album de The Faint arrive malheureusement un peu tard. Il serai sorti il y a un an ou deux il aurait peut être fait un malheur, car ce disque a bien tout pour plaire. C’est toujours incisif et jamais hors du coup. Alors pour les nouveaux trentenaires qui nous font une crise de jeunisme, pour tout ceux qui aiment à se réfugier dans les sons du passé ou pour tout ceux qui aiment à penser que la réhabilitation (justifié) des 80’s est encore à l’ordre du jour, ce disque est fait pour vous.

note : 6

par Fabien, chronique publiée le 01-10-2003

.:.L'avis des autres rédacteurs.:.

jean marc : avis du rédacteur

?>