.:.Chronique.:.

Pochette

Rentals, The

Return of

[Maverick::1995]

|01 The Love I'm Searching For|02 Waiting|03 Friends Of P.|04 Move On|05 Please Let That Be You|06 My Summer Girl|07 Brilliant Boy|08 Naive|09 These Days|10 Sweetness And Tenderness|

Il y a des pochettes dont on se dit au premier abord qu'elles sont totalement anodines, vouées uniquement au dédain et à l'oubli. Puis à l'écoute de l'album on révise totalement son jugement pour finalement se dire qu'elles sont en parfaite adéquation avec la musique qu'elles renferment. Vous l'aurez compris, celle du présent disque des Rentals appartient à cette catégorie et ce depuis 1995, année de sa sortie et de son premier passage sur la platine cd de ma chaine hi-fi.

Ainsi l'allure de scientifique austère des années 60 qu'arbore Matt Sharp (bassiste de Weezer à l'époque) aurait du m'éviter moultes surprises à la première écoute. Elle aurait notamment du me préparer à cette profusion de sonorités Moogs semblant tout droit sorties d'un laboratoire secret de la NASA ou plutôt de la Batcave de la série kytsch. Sachant qu'il s'agissait en réalité du premier LP de ce combo, j'aurais pu également me douter que si un retour il y avait c'était celui d'un certain goût parfaitement assumé pour une pop chatoyante aux refrains hyper catchys ou aux choeurs féminins et orchestrations grandiloquentes à la Phil Spector. Le mini-tube Friends of P. en témoigne.

Attention cependant pour ceux qui seraient déjà effrayés car ce disque c'est un peu le concept de la barbe à papa appliqué à la musique : en effet ça flashe, c'est coloré, ça parait toujours trop pour ne pas dire indigeste mais au final ça ne laisse qu'un arrière goût de bonheur car certes c'est beaucoup de sucre mais c'est également beaucoup d'air. Ici le coté acidulé et festif très prononcé des boucles de moogs, de la batterie survoltée de Pat Wilson (de Weezer également) ou encore des omni-présents "oohs oohs" est parfaitement contre-balancé par une mélancolie latente sur toute la durée de l'enregistrement et un tracklisting judicieux. Les deux magnifiques morceaux calmes de l'album, Move On et Sweetness and Tenderness, font ainsi des merveilles.

Sur Move On donc, la perle de l'album selon moi, le violon de Petra Haden installe comme par miracle, entre les explosifs Friends of P. et Please Let That Be You, un climat nostalgique à souhait laissant sa soeur Rachel officier, pour une apparition exceptionnelle et sans moins de talent, sur le somptueux et magique contre chant. Il convient encore de signaler que les paroles sont beaucoup plus subtiles que le chant souvent entêtant ne pourrait le laisser croire. Le texte de Sweetness and Tenderness par exemple est taillé dans cet alliage de simplicité et de sensibilité oscillant entre naiveté et lucidité dont sont, depuis l'origine, faites les meilleures pop songs.

Pour conclure et en revenir à mon avant propos, j'éspère que vous aussi verrez bientôt, au delà de l'allure de nerd tiré à quatre épingles, l'équilibre parfait entre le regard triste et la cravatte de travers de l'auteur de ce petit chef d'oeuvre pop. "This Melody is wrong and I do care"

note : 8.5

par Thomas F., chronique publiée le 16-09-2003

p.s. : Matt Sharp a quitté Weezer en 1998 après l'épisode Pinkerton (meilleur album du groupe au passage) pour sortir un an plus tard le dispensable Seven More Minutes. Depuis plus de nouvelles...Les amateurs de ce genre de musique pourront toutefois se consoler avec le délicieux et récent Give Up de The Postal Service.

.:.L'avis des autres rédacteurs.:.

Fabien : avis du rédacteur
dorian : avis du rédacteur
popop : avis du rédacteur

?>