.:.Chronique.:.

Pochette

Von Spar

A.Xaxapoya

[Tomlab::2007]

|01 Xaxapoya|02 Dead Voices In The Temple Of Error|

Après la très bonne surprise laissée par Turzi, c'est au tour des Allemands de Von Spar de se plonger dans le krautrock et le minimalisme de compositeur de musique contemporaine. Quoi de plus normal, après tout. Le krautrock est une spécificité toute germanique et s'il est toujours de bon ton de placer un Can, un Amon Düül ou un Neu! dans une discussion, peu, en fait, vont puiser dans les fondements mêmes du genre. Von Spar répare cette petite injustice et va même un peu plus loin. Si l'influence choucroute est indéniable, on sera surpris d'entendre que les Allemands n'hésitent pas à s'approprier le concept de Drumming de Steve Reich, l'exploration mélo-dramatique d'un Godspeed You ! Black Emperor ou la lourdeur métallisée dans sa forme la plus sombre. Etonnant groupe que celui-ci, qui ne veut pas se donner de schéma précis et qui préfère faire jouer l'instinct plutôt que le moindre calcul. En deux longues pièces de vingt minutes chacune, Von Spar passe au crible des genres qui n'ont pas toujours quelque chose à voir entre eux mais arrive à créer une osmose étonnante. On ne sait pas vraiment quel est le but de Von Spar. Peut-être une recherche d'universalité, de combinaisons originales ou un concept musical qui échappe aux formats jusqu'ici admis.

Quoi qu'il en soit A.Xaxapoya donne l'impression d'une performance mystique comme celles auxquelles on avait droit dans la première moitié des 70's mais le propos de Von Spar n'est pas de s'enfoncer dans des soli interminables. Chacun des deux morceaux change de peau au fur et a mesure qu'il évolue et ne cherche aucunement la perfection technique. Enregistré en sept jours, A.Xaxapoya apparaît comme une nébuleuse qui ne tient pas à offrir qu'un seul visage. Après avoir décortiqué le post-punk et la no wave sur leur premier album, Von Spar continue donc d'explorer les genres déviants en ne se donnant aucune limite. Le groupe est comme libre de ses mouvements et se sent à l'aise quel que soit le style qu'il aborde. Ce n'est pas tant qu'il possède une telle aisance qui le rend intéressant mais plutôt qu'il soit tout aussi crédible. A.Xaxapoya, malgré ses longueurs, est le genre de disque multi-formes qui passe comme une lettre à la poste et procure des émotions diverses qui ne sont pas que de simples étincelles. L'album est aussi rayonnant que sombre mais jamais on ne sent poindre la lassitude. Comment le pourrait-on avec un groupe aussi changeant ?

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 05-09-2007

A voir également :

http://www.tomlab.com

.:.L'avis des autres rédacteurs.:.

Jeff : avis du rédacteur

?>