.:.Chronique.:.

Pochette

37 500 Yens

Astero

[Distile Records::2007]

|01 37 501|02 Astero|03 Microphonie|04 Chapitres|05 Canard Boiteux|06 Intérieur 1|07 Intérieur 2|08 The Sullivan's Quartet|

Qu'ils soient en duo ou en trio les groupes de math-rock ont toujours eu un petit quelque chose en plus qui les rendent plus passionnants que les formations classiques. En fonctionnant en formations réduites, ils arrivent, bien souvent, à déployer plus d'énergie, de hargne et de conviction. Entité bicéphale, 37 500 Yens possède bien la rage communicative qui caractérise si bien les groupes de math-rock. Tout y est : une musique anguleuse et explosive qui ne connaît pas de temps morts. Purement instrumental ce disque ne s'embarrasse pas d'un chanteur à l'exception du dernier morceau (The Sullivan's Quartet, sur lequel nous sommes plus proches tout de même de la performance vocale) prouvant que les deux ne sont pas fatalement incompatibles. De plus, ils n'ont pas hésité à faire intervenir un saxophoniste, en la personne de Jud's Father aka JJ, sur Canard Boiteux pour un moment free exemplaire. 37 500 Yens démontre que le math-rock ne saurait rester dans ses propres stéréotypes, qu'il peut s'adapter et, en ce sens, évoluer de la meilleure des manières. Il n'est pas toujours facile de sortir des schémas préétablis et cela l'est encore moins quand il s'agit de s'ouvrir sans trahir l'esprit du genre dans lequel on s'est inscrit. Le duo est à l'aise avec cela et, sans complexes, il avance bille en tête sur un chemin des plus aventureux.

Entre brutalité électrique et lenteur mélodique inquiétante, 37 500 Yens se révèle être un groupe à fleur de peau, prêt à se mettre en danger à chaque instant, se jettant à corps perdu dans une lutte sonore qui n'a pas encore déclaré de vainqueurs. A chaque morceau c'est un saut dans l'inconnu mais on plonge avec une envie décuplée sans que l'on puisse se soucier le moins du monde de la teneur musicale du groupe. A vrai dire nous ne sommes jamais déçus. 37 500 Yens joue et rafle la mise haut la main. Pour un premier album les deux Rémois tapent d'entrée dans le haut du panier. Espérons simplement qu'ils n'auront pas épuisé toutes leurs cartouches. Pour autant on sait que ce genre de groupe a de la ressource. On peut donc voir l'avenir avec bienveillance.

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 31-08-2007

A voir également :

http://www.myspace.com/37500yens

http://www.distilerecords.com

?>