.:.Chronique.:.

Pochette

Malkmus, Stephen and the Jicks

Pig Lib

[Matador::2003]

|01 Water and a Seat|02 Ramp of Death|03 (Do not feed the) Oyster|04 Vanessa from Queens|05 Sheets|06 Animal Midnight|07 Dark Wave|08 Witch Mountain Bridge|09 Craw Song|10 1% of One|11 Us|

Chez votre disquaire préféré vous pourrez lire à loisir sur les bornes d'écoute consacrées à Pig Lib : "Le retour au son Pavement".

J'imagine sans peine que le service marketting en charge du dossier a au moins organisé une séance de brainstorming de 15 secondes pour pondre cette accroche pathétique de non sens. Car y a-t-il seulement eu un seul son Pavement?! J'en doute tant chaque album du groupe possède à mes yeux une identité musicale propre forte et que si continuité il y a eu dans cette oeuvre (n'ayons pas peur des mots!) il faut plus la chercher dans le talent de ses membres et surtout de son éminence grise -qui nous intéresse ici- que dans une quelconque formule déclinée à l'infini. Alors si toutefois on voulait jouer à ce jeu idiot, je serais tenté de dire qu'effectivement c'est avec Wowee Zowee que le second effort de Malkmus -plus que jamais entouré de ses Jicks- partage la plus grande partie de son patrimoine génétique ; ce côté mutant gentiment deglingos et cette impression que le disque contient au moins deux fois plus de morceaux que ce qu'essaye de nous faire croire le tracklisting.

Mais ce n'est clairement pas une redite et notamment le côté nettement plus pop song du précédent lp solo transparaît toujours. Pour s'en convaincre il suffit par exemple d'écouter le titre Craw Song qui, à la manière de Jennifer and the ess dog, explore la fibre "conteur moderne" gentiment cynique du songwriter. Mais surtout Malkmus convie à sa table* de nouvelles influences au premier rang desquelles le rock progressif (on peut même entendre des choeurs dignes de Queen sur un morceau.) Au final, cet album sera, comme Terror Twilight en 1999, un des disques de rock les mieux sous-estimés de l'année. Cependant on n'en tiendra rigueur à personne tant de toute façon il sonne de manière intemporelle et ne sera jamais datable avec précision qu'au Carbone 14. Le retour au son Malkmus en somme...

*Pour l'anecdote et pour justifier cet emprunt au registre culinaire, le nom de l'album, Pig Lib, provient d'un voyage du groupe en Corée du Sud où un restaurateur à l'anglais vraisemblablement approximatif présentait en fait à la carte sous cette appellation des Pork Ribs -côtes de porc-. Ce qui a beaucoup fait rire ces Messieurs et Madame.

note : 8

par Thomas F., chronique publiée le 16-09-2003

p.s. : Procurez vous de préférence l'édition avec cd bonus 5 titres. ;)

A voir également :

http://www.matadorrecords.com/stephen_malkmus/

.:.L'avis des autres rédacteurs.:.

Fabien : avis du rédacteur

?>