.:.Chronique.:.

Pochette

Kammerflimmer Kollektief

Jinx

[Staubgold::2007]

|01 Palimpsest|02 Jinx|03 Live At The Cactus Tree Motel|04 Gammler, Zen & Hohe Berge|05 Both Eyes Tight Shut|06 Jinx (Version)|07 Nest|08 Subnarkotisch|

Cicadidae a été l'un des premiers disques que j'ai chroniqué pour Liability. C'était en 2003. Depuis, hormis m'être attardé sur la réédition d'Hysteria, j'avais laissé de côté ce groupe qui, pourtant, mérite un peu plus qu'un intérêt à durée déterminée. J'avoue, j'ai honte. Absencen, survenu depuis, est passé à l'as en ces colonnes mais on se rattrapera avec ce Jinx qui signe le retour d'un groupe généreux et inventif. Kammerflimmer Kollektief est devenu une formation qui a pris toute la mesure de ses capacités. C'est sans doute pour cela que ses albums sont de plus en plus ambitieux. En ce sens Jinx n'est en rien un essai expérimental mal ficelé. Il expose une dynamique sonore qui fait parfois penser à l'Einstürzende Neubauten de Silence Is Sexy ou Perpetuum Mobile. A croire que ces ambiances sont typiquement germaniques car, à ma connaissance, on ne les retrouve guère dans les autres coins du globe. Dans ces formes alambiquées et répétitives où la fluidité se fond avec des ensembles sonores post-industriels, Kammerflimmer Kollektief évolue une fois de plus, toujours en pleine mutation mais également à la recherche d'une performance à la hauteur de l'ambition du groupe. C'est pour cela que la musique du trio (auquel s'adjoignent plusieurs autres musiciens dont Martin Siewert) n'a rien de basique ou d'ordinaire.

Jinx pourrait être juste un instant de folie mystique ou une porte ouverte sur un espace libre qui s'affranchit de coller de trop près à une actualité musicale qui, par bien des aspects, n'a d'intéressant que l'importance qu'on veut bien lui donner. Pourtant Jinx n'est pas vraiment ce qu'on pourrait appeler une bizarrerie ou un objet difficilement identifiable. C'est juste qu'il n'obéit à rien de précis, qu'il est parfaitement libre de ses mouvements et qu'il ne prétend à rien d'autre qu'à délivrer une musique des plus aérées et aux intonations presque chamaniques. La formule marche et sans doute bien au-delà de toute espérance. La beauté des morceaux est quasiment secondaire ici (on notera tout de même qu'ils sont d'une qualité rare), ce qui est admirable c'est cette forte capacité à rendre les choses limpides, coulant de source et, en même temps, ne pas se perdre dans des digressions hors de propos. Manifestement Kammerflimmer Kollektief ne s'adresse pas aux névrosés. Ca tombe bien, il y a suffisament de tordus en ce bas monde pour ne pas en rajouter une louche. Jinx n'est sans doute pas un album grand public mais il respire la vie et c'est bien ainsi.

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 22-06-2007

A voir également :

http://www.kammerflimmer.com

http://www.staubgold.com

?>