.:.Chronique.:.

Pochette

Tarwater

Spider Smile

[Morr Music::2007]

|01 Shirley Temple|02 World Of Things To Touch|03 Witch Park|04 A Mariage In Belmont|05 Lower Manhatten Pantoum|06 Roderick Usher|07 Arkestra|08 When Love Was The Law In Los Angeles|09 Easy Sermon|10 Sweet Home Under White Clouds|11 When Tomorrow Comes|

Après la découverte de Silur en 1998 beaucoup promettaient à Tarwater un brillant avenir. Encore faut-il s'entendre sur ce que “brillant avenir” veut dire. Le moins qu'on puisse dire c'est que les Allemands n'ont jamais été à la recherche de la célébrité privilégiant une discographie aussi riche quantitativement que qualitativement. Spider Smile, le nouvel opus de la bande à Robert Lippok, est un peu à l'image de leur carrière. Sous une apparente simplicité se cache un groupe beaucoup plus complexe qu'on voudrait bien le croire. Même si Tarwater prend une orientation clairement pop, ses membres ne peuvent se résoudre à rester dans le conventionnel et l'exercice de style. C'est sans doute pour cela que leurs albums sont toujours en relief et offrent régulièrement des solutions de rechange. Tarwater est un groupe à idées et non d'une seule comme nombreux de ses collègues. Sur un format classique pop les Allemands arrivent à développer de nombreuses nuances en les poussant le plus loin possible. Ce genre de tentative aurait pu ne rien donner mais c'est gravement sous-estimer Tarwater de penser que le résultat pouvait être médiocre.

Même si Spider Smile n'est peut-être pas le meilleur essai du groupe il reste des compositions limpides, riches en sonorités et mélodiquement d'une beauté quasiment sans failles. Somme toute il n'y a jamais eu de méforme chez ce groupe. Il n'est certes pas toujours à son meilleur mais la médiocrité ne fait pas partie du quotidien des Allemands. Au contraire de beaucoup d'autres qui, avec le temps finissent par s'avachir et voir leur niveau de création s'étioler peu à peu, Tarwater se bonifie au fil des disques. On ne pourra pas leur reprocher grand-chose finalement et on dégustera ce disque comme une sucrerie qui aura cette capacité de faire fonctionner notre intellect. Quand d'autres font uniquement agir l'émotion, Tarwater va plus profondément, prenant le risque d'intellectualiser une pop-électronique qui s'affranchit pourtant de la marque germanique et de la trop visible estampille Morr Music. Heureusement on trouve ici un juste équilibre entre des mélodies racées et touchantes et cette sophistication toute cérébrale. On ne se refait pas vraiment, Tarwater a toujours été un peu comme cela. C'est sans doute aussi pour ça qu'ils sont toujours intéressants après presque une décénnie.

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 01-06-2007

A voir également :

http://www.morrmusic.com

?>