.:.Chronique.:.

Pochette

Honig, Ezekiel

Scattered Practices

[Microcosm Music / Kompakt::2006]

|01 Going Sailing Refrain 1|02 Concrete & Plastic|03 Books On Tape|04 Going Sailing Refrain 2|05 Going Sailing Refrain 3|06 Fractures & Fissures (Part 1)|07 Homemade Debris|08 Fractures & Fissures (Part 2)|09 Oceans & Living Rooms|10 Edit Edit Edit|

On n'est jamais aussi bien servi que par soi-même. Ayant créé le label Microcosm Music c'est tout naturellement que Ezekiel Honig en a profité pour sortir ses petits travaux électroniques sur celui-ci. Inspiré par le livre L'invention Du Quotidien de Michel Certeau, Honig s'est mis en quête de sons environnementaux qu'il a su retravailler pour les mettre au service de cette libre adaptation de l'ouvrage du philosophe français. Oeuvrant dans le minimalisme électronique et dans des formes assez brumeuses et atmosphériques, Honig n'en oublie pas pour autant les mélodies. Fragiles et sensibles, celles-ci intègrent parfaitement ces petits sons de tous les jours que l'Allemand a inséré de manière discrète mais qui apparaissent quasiment indispensables au fur et à mesure que l'on écoute ce disque. Résolument intimiste, Scattered Practices est le genre d'album que l'on peut aisément écouter pendant les longues journées de pluie. On s'installe alors dans une douce mélancolie qui n'arrive plus à nous quitter et qu'on pourrait même cultiver si on poussait le vice à mettre ce disque en boucle.

On pourrait gloser assez longtemps sur les techniques employées par l'Américain et sur leur pertinence. Mais qu'est-ce qui importe le plus ici ? Ce qui apparaît évident c'est la réelle beauté de Scattered Practices, véritable plaidoyer pour les musiques froides et introspectives, qui allie complexité mélodique et clarté sonore. Même si Honig n'est pas unique en son genre, le jeu en vaut largement la chandelle. Certes il n'a pas été le premier à traiter les sons environnementaux mais en les intégrant à une pop ambient à la Kompakt il se rend plus intéressant que n'importe quel expérimentateur aux tendances plus abstraites. Honig confirme donc après un People Places & Things qui avait aussi toutes les qualités du monde et en jouant sur la continuité, il gagne un pari qui n'était pas forcément gagné d'avance.

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 16-05-2007

A voir également :

http://www.microcosm-music.com

?>