.:.Chronique.:.

Pochette

Marsmobil

Minx

[G-Stone/Compost::2006]

|01 Magneteizing|02 Astralbody|03 Call Me|04 Dark Star|05 Je Suis Lâche|06 Lily-Blossom|07 Reversed Mantra|08 Mangia Amore|09 Supersonic Mind|10 Sovatex 2055|11 From Elsewhere To Nowhere|

En sortant ce deuxième album, le duo Marsmobil, composé de Roberto Di Gioia et de Martine Rojine, n'a pas fait les choses à moitié. Produit par Peter Kruder, Christian Pommer et Di Gioia lui-même, Minx sort grâce à une collaboration de deux labels qu'on ne présente plus : G-Stone et Compost. Marsmobil est surtout le projet de l'Italien Di Gioia qui, issu du milieu du jazz, s'est tourné vers des horizons plus divers. On l'aura ainsi vu aux côtés de The Notwist, Console, Till Broener ou jouer avec Charlie Watts, Bill Frisell et Darryl Jones sur l'album Music For The Rolling Stones, preuve que le bonhomme ne s'interdit rien. Le premier album de Marsmobil, Strange World, était sorti sur ACT Records dont le moins qu'on puisse dire est que cette structure est plus tournée vers les publications jazz. La sortie de Minx sur G-Stone et Compost semble plus logique tant l'orientation électronique du groupe est marquée. Souvent comparé à Air (un morceau comme Je Suis Lâche ne laisse planer aucun doute) Marsmobil est largement inspiré par ces sonorités 70's mélodiques et aériennes qui laissent cette impression d'apesanteur pas si éloignée d'une certaine forme de psychédélisme. Ajoutez à cela une Martine Rojine aussi charmeuse que mutine et vous aurez une idée à peu près précise de ce que nous offre le groupe.

Pour autant, limiter Marsmobil à un simple exrcice de clonage de Air c'est peut-être aller un peu vite en besogne. Ou alors on leur reconnaîtra une belle capacité à créer des ambiances claires, cristallines et pour le moins rêveuses. Ainsi, comme Air, Marsmobil s'est engagé dans une musique électronique des plus esthétiques et dont la part d'humanité est grandement présente. D'ailleurs pour humaniser un peu plus ses morceaux, Marsmobile ne s'est pas borné au tout électronique et a laissé la porte ouverte à une instrumentation acoustique. De ces influences qui vont de Air à, sûrement, François de Roubaix, Marsmobil se place dans une forme musicale tournée vers le futurisme qui se voudrait comme la quintessence même de la musique moderne. Sans être vraiment original, Minx est tout de même une réussite qui ne souffre pas vraiment de défauts majeurs. Pour les fans de Air, donc.

note : 7.5

par Fabien, chronique publiée le 02-05-2007

A voir également :

http://www.compost-records.com

?>