.:.Chronique.:.

Pochette

English, Lawrence

For Varying Degrees Of Winter

[Baskaru::2007]

|01 End Game|02 Fleck|03 Desert Road|04 Swan|05 Soft Touch|06 Unsettled Sleep|

Deux ans après un Happiness Will Befall, paru chez Cronica, pour le moins glacial, Lawrence English revient avec un nouvel album qui tourne autour du thême de, ô surprise, l'hiver. L'Australien veut ainsi faire corps avec une saison qu'il considère, avec justesse, comme adéquate pour développer sa musique brumeuse et minimaliste. Comme pour son prédecesseur, English n'a pu se résoudre à enregistrer ce disque au même endroit. Le monde est son terrain de jeu et il ne peut s'empêcher de s'imprêgner des lieux où il se trouve pour créer ses espaces sonores. Cette fois-ci il s'ouvre à la collaboration puisqu'il est accompagné successivement par Mike Cooper (guitare sur Desert Road), Janek Schaefer (traitements électroniques sur Swan) et Aki Onda (bandes sur Unsettled Sleep). Il n'y aura pourtant pas de révolution fracassante dans le monde musical de Lawrence English. On reconnait aisément son goût pour les lignes claires, les petits froissements sonores, les instants introspectifs et une fragilité toute polaire. Du connu et de l'archi-rabaché sûrement mais English le fait avec une ferveur et une maîtrise tout à fait en phase avec ses principes.

Avec cet album qui se met lentement en place (mais quoi de plus normal après tout ?) Lawrence English installe définitivement sa marque de fabrique. Il devient aux yeux et aux oreilles de tous comme un sculpteur de sons, taillant dans la glace la plus profonde et parvenant à modeler de vastes étendues désertiques dans lesquelles on prend toute la mesure de ce que peuvent être de longs moments hivernaux. On perd ainsi toute notion du temps et on devine ce à quoi doit ressembler l'éternité. English, lui, imperturbable, continue de façonner ces longues nappes sur lesquelles il appose de légers bruissements électroniques qu'il fait varier de manière aussi lentes que possible. Somme toute, notre homme atteint son but. Il touche du bout des doigts la quintessence de l'hiver et, avec lui, nous sommes prêts à nous transformer en de petits glaçons.

note : 7.5

par Fabien, chronique publiée le 28-04-2007

A voir également :

http://www.lawrenceenglish.com

http://www.baskaru.com

?>