.:.Chronique.:.

Pochette

Hitchcock, Robyn & The Venus 3

Olé ! Tarantula

[Proper Records::2006]

|01 Adventure Rocket Ship|02 Underground Sun|03 Museum Of Sex|04 Belltown Ramble|05 Olé ! Tarantula|06 (A Man's Gotta Know His Limitations) Briggs|07 Red Locust Frenzy|08 'Cause It's Love (Saint Parallelogram)|09 The Authority Box|10 N.Y.Doll|

Les sorties de disques sont tellement nombreuses qu'on oublierait presque que des types comme Robyn Hitchcock en sortent de temps en temps. Là il faut dire que sur ce coup, on aura fait fort. Sur le sacro-saint web, peu se seront fait l'écho de ce Olé ! Tarantula. Les doigts d'une main vous suffiront pour les dénombrer. A croire que tout le monde s'en fout. Pourtant ce rescapé des 80's, ex-membre des légendaires Soft Boys, ancien leader de The Egyptians, a sorti, une fois de plus, avec The Venus 3 un disque de belles envolées pop toutes droit sorties d'un moule qu'on croyait oublié jusqu'à aujourd'hui. Robyn Hitchcock fait des chansons à l'ancienne, avec une production certes un peu datée mais qui ne manque pas de ravir au-delà des nostalgiques. De toute façon, Robyn Hitchcock a toujours été en marge des modes et a drainé tout au long de sa carrière une ribambelle de fans assidus qui lui vouent un culte au-delà du nécessaire. Peter Buck de R.E.M, admirateur de longue date, ne pourra pas dire le contraire. Lui qui a déjà participé à Elements Of Light (1986) ne s'est sans doute pas fait prier pour faire partie de ces Venus 3 auquel s'adjoignent Scott McCaughey (The Minus 5) et Bill Rieflin (Ministry). Hitchcock, qui n'a jamais caché sa passion pour Syd Barrett, se pose ainsi comme une sorte de défenseur d'une certaine idée de la pop. Personnage rare, il continue, envers et contre presque tous, à sortir des albums habités par les mélodies chaloupées et orientées dans un pur style 60's.

Robyn Hitchcock est sans doute un cas unique. Du moins aujourd'hui. Et c'est sûrement parce qu'il fait les choses comme plus personne ne les fait qu'on se prend d'affection pour ses albums. Olé ! Tarantula ne fera pas exception; véritable plaidoyer de fraîcheur mélodique où tout est clair comme de l'eau de roche et peut être aussi pris comme un condensé de stylistique pop. Ce qui est certain c'est toute la passion, demeurée intacte, qu'insufflent les quatres hommes à ce disque. Etonné, on ne le sera pas car Hitchcock nous avait habitués à de telles performances mais ce qui fait chaud au coeur c'est qu'il ne perd aucunement de sa verve ni de son talent de song-writer. Au final, il peut bien être considéré comme un passéiste, cela n'aura pas vraiment de poids devant l'écoute de ce nouvel opus. Hitchcock est essentiel, point barre.

note : 7.5

par Fabien, chronique publiée le 12-04-2007

A voir également :

http://www.robynhitchcock.com

http://www.proper-records.co.uk

?>