.:.Chronique.:.

Pochette

Amon Tobin

Foley Room

[Ninja Tune::2007]

|01 Bloodstone (feat. Kronos Quartet)|02 Esther S|03 Keep Your Distance|04 The Killer Vanilla|05 Kitchen Sink|06 Horsefish|07 Foley Room|08 Big Furry Head|09 Ever Falling|10 Always|11 Straight Psyche|12 At The End Of The Day|

Il ne suffit pas d'assembler différents sons pris ça et là dans la rue pour que cela devienne automatiquement, comme j'ai pu le lire quelque part, de la musique concrète. La technique employée par Amon Tobin pour son nouvel album brouille les pistes. L'idée de Tobin est, ici, d'associer ces collages sonores avec des formes musicales orchestrées. Il n'est alors pas dit d'avance que Tobin ait eu à l'esprit cette notion de musique concrète pour créer ce disque. Rien que le titre du disque (la Foley Room est l'endroit où les bruitages pour films sont enregistrés) laisse penser qu'il s'est inspiré d'un tout autre univers. Quoi qu'il en soit Amon Tobin a su, une nouvelle fois, se ré-inventer pour nous offrir un nouvel OVNI que seuls des types comme lui peuvent concevoir. Autant album laboratoire que véritable plaidoyer de musique électronique hybride et inventive, Foley Room met définitivement de la distance avec les poursuivants de son créateur. Là, encore, où Tobin va se distinguer des autres, c'est par cette collaboration fructueuse opéré avec le Kronos Quartet. La formation américaine donne corps aux expérimentations de Tobin et sait se rendre indispensable au moment opportun. Aussi torturé que limpide, Foley Room est le terrain de jeu adéquat pour toutes les âmes à la recherche de sensations nouvelles.

Ainsi Amon Tobin nous apparaît au meilleur de sa forme voire à un niveau qu'il n'a jamais atteint jusqu'ici. Foley Room pourrait bien marquer un tournant dans la carrière de l'artiste. Il casse ici cette image d'utilisateur forcené du sampling et même si la base musicale est identifiable des lieues à la ronde (semi-lenteur, épaisseur sonore) Tobin montre qu'il évolue de la meilleure des manières. De là à penser que Foley Room soit le meilleur disque du bonhomme il n'y a qu'un pas qu'on peut oser franchir sans sourciller. Il sera également intéressant de visionner le dvd qui accompagne Foley Room histoire de bien cerner la génèse de ce disque qui, à n'en pas douter, va se révéler aussi déterminant que ses prédecesseurs.

note : 9

par Fabien, chronique publiée le 22-03-2007

A voir également :

http://www.ninjatune.net

?>