.:.Chronique.:.

Pochette

Nilsen, BJ & Stilluppsteypa

Drykkjuvisur Ohljodanna

[The Helen Scarsdale Agency/Metamkine::2006]

|01 Svefnlaus/Sömnlös|02 Elstöt/Rafstud|03 Undir Ahrifum/Sundurlaus|04 Supbröder/Drykkjufélagar|05 Undermaskin/Töfra Maskina|06 Skuggbild/Skuggamynd|

Quel est le rapport entre une addiction à l'alcool et le dark ambiant ? L'idée de sonoriser les épanchements éthyliques d'une frange de la population scandinave est venue tout naturellement à BJ Nilsen et à Sigtryggur Berg Sigmarsson et Helgi Thorsson qui forment à eux deux Stilluppsteypa figure discrète mais non moins essentielle de la musique post-industrielle. L'idée n'était pas ici d'imager l'état d'euphorie que peut provoquer l'alcool mais cette espèce d'état second où tout semble nous échapper et avoir l'impression que ce qui nous entoure devient complêtement surréaliste, flou et, voire, hors du temps. Loin de faire une apologie des effets de l'alcool, le duo Nilsen-Stillupsteypa est plus dans une vision des conséquences sur les perceptions des choses après une absorption plus élevée qu'à l'accoutumée. On entre ainsi dans un monde sombre et incertain où les drones et l'opacité sonore s'imposent comme la forme la plus adéquate pour mettre en image l'irréalité de l'éthylisme. On a alors l'impression de cette folie intérieure, de celle qui ne se vit que comme une lente descente aux enfers. Dans cet univers complètement claustrophobe, Nilsen et Stilluppsteypa donnent l'impression de connaître le sujet sur le bout des doigts. Sans doute ont-ils eux-mêmes une certaine addiction pour l'alcool, leur permettant de retranscrire cet état de malaise permanent où tout semble cotonneux et irréel.

Pour autant, même si ce disque n'est manifestement pas fait pour mettre l'auditeur tout à fait à l'aise, cette deuxième collaboration ne se démarque pas de ce que les deux entités ont pu déjà faire dans le passé. On avance ici en terrain connu mais le trio sait parfaitement imposer ses idées et les faire s'imprégner dans l'inconscient de chacun. Disque opaque et inquiétant, Drykkjuvisur Ohljodanna synthétise finalement assez bien l'idée que l'on peut se faire d'une accoutumance à l'alcool. Une idée peu reluisante et qui promet bien des cauchemars à tous ceux qui tomberont dans ce piège. Si cet album ne semble être qu'un abîme sans fond, il faut se dire que c'est bien là le but recherché. Doucement on s'enfonce dans les profondeurs mais sans avoir la certitude d'avoir un jour la possiblité de pouvoir en sortir. Sans vraiment se réinventer, Nilsen et Stilluppsteypa arrivent malgré tout à leurs fins. C'est bien là l'essentiel.

note : 7

par Fabien, chronique publiée le 03-03-2007

A voir également :

http://www.helenscarsdale.com

?>