.:.Chronique.:.

Pochette

Isoul8

Balance

[Sonar Kollektiv::2006]

|01 Give It Up|02 Clover |03 Speak Your Word|04 So Simple|05 Free|06 How I Feel|07 The Way I Like It|08 No Longer Fear|09 The Vow|10 On My Heart|11 A Silent Force|

Balance est le type d'album dont on peut aisément se dire qu'il s'agit là de musique électronique comme il en sort au kilomètre sans qu'on puisse y trouver de saveur particulière. En apparence seulement car Enrico Crivellaro n'est pas à proprement parler n'importe qui. Patron des labels Archive et Neroni, que les initiés auront su apprécier, on lui doit également la découverte d'artistes comme Just One ou Theo Parrish. Isoul8 est un nouveau projet, après celui de Volcov et de Rima, qu'il partage avec Domu, dont le premier album consacre un personnage qui se révèle comme une des grandes figures de la deep house. Et pourtant la première écoute ne laissait pas vraiment l'impression d'un personnage d'exception mais l'album dévoile peu à peu sa richesse au fur et à mesure qu'on le découvre. Pour autant Balance révèle quelques lacunes avec des titres inégaux et tous fabriqués sous le même moule. Crivellaro souffle le chaud et le froid avec des morceaux vraiment emballants (So Simple) et d'autres un peu plus anecdotiques (No Longer Fear). Le fait que chaque composition possède peu ou prou la même ossature renforce sans doute cette idée que Isoul8 fait de la musique à la chaîne. On lui reconnaîtra, cependant, cette capacité innée à donner une teneur plus qu'agréable à un album calibré pour les soirées mainstream.

Crivellaro aura également eu ce choix judicieux de faire intervenir sur chacun des morceaux un invité de marque. Parmi eux on citera volontiers Just One, Paul Randolph ou Valérie Etienne (ex-Galliano). A chaque fois cela apporte une dose de sensualité non négligeable qui fait de Balance un disque chaleureux malgré son caractère dilettante. Isoul8 ne bouscule rien, même pas les idées reçues, mais ce disque est la parfaite sucrerie de fin de journée à la musique fondante et dont la décontraction est des plus appréciables. On pourra toujours dire que c'est sirupeux, un peu surfait voire un peu prétentieux mais cela n'enlèvera pas que ce disque s'écoute avec un réel plaisir et une facilité indéniable. Certes ce ne sera pas l'album de l'année en terme de musique électronique mais il aide à faire passer le temps de manière assez agréable. Relax.

note : 7

par Fabien, chronique publiée le 27-02-2007

A voir également :

http://www.sonarkollektiv.com

?>