.:.Chronique.:.

Pochette

Malko

Open Ticket

[Bonsaï Music::2006]

|01 Lose You (Paris)|02 Follow My Lead (New-York)|03 Mail Box (Philadelphia)|04 Escaping Love (Kingston)|05 Sorry Song (Rio De Janeiro)|06 From The Start (Buenos Aires)|07 Amazed (Dakar)|08 Lil Majmar (Oran)|09 Naked Truth (Bombay)|10 Whispers (Shangaï)|11 My Own Private Love (Tokyo)|12 Disclosure (London)|

Matthieu Brillard est un citoyen du monde. Du moins c'est ce qu'il aimerait nous faire croire. L'album qu'il vient de sortir nous propose un tour du monde en un peu plus d'une heure. De Paris à Tokyo en passant par Rio de Janeiro et Dakar Malko n'oublie aucun coin du globe. Le projet a de quoi séduire : comment imager, sans tomber dans les idées reçues, des endroits tous aussi différents les uns des autres ? La chose n'était pas forcément gagnée d'avance sachant qu'il faut essayer de garder une certaine cohérence entre les morceaux pour ne pas avoir ce sentiment d'avoir en face de soi un catalogue du Club Med. Malko n'est certainement pas un homme à se laisser abattre et a su relever le défi avec une certaine intelligence. Pour ce faire il s'est entouré d'une palette de musiciens et de chanteurs(euses) de premier plan. Dès le premier morceau la voix chaleureuse d'Hugh Coltman (The Hoax), qui n'est pas sans rappeler celle de David Sylvian, met rapidement sur orbite un disque qui s'installe dans une électro ethno-jazzy-soul du plus bel effet. Il faut dire que Malko a su y mettre les formes et que les nombreux invités ont su y mettre du leur avec une conviction appliquée.

Ainsi on se prête au jeu de bonne grâce et on accompagne Malko et ses amis sur le même vol première classe, confortablement installé, décontracté au possible avec des images plein la tête. Malko n'est peut-être pas allé dans toutes les villes qu'il évoque (pour le savoir il sera utile de compulser le livret du disque qui laisse quelques indications) mais ce n'est pas le souci premier. Sans vouloir faire de la musique carte postale, notre homme a su créer une musique riche, qui ne se laisse pas enfermer dans des schémas trop faciles. Malko était en quête d'une musique résolument ouverte et, sans fioritures, il a su s'élever au niveau de ses ambitions. Rien que pour cela ce disque mérite un tant soit peu de respect et nous, avec lui, on pourra s'accorder un peu de cette citoyenneté qui, finalement, devrait être la seule à exister.

note : 7.5

par Fabien, chronique publiée le 11-02-2007

A voir également :

http://www.bonsaimusic.fr

?>