.:.Chronique.:.

Pochette

Conjoint

A Few Empty Chairs

[Büro/City Centre Offices::2006]

|01 Blue & White|02 Seven Quarters|03 Teste|04 A Few Empty Chairs|05 Conjoint With Clarity|06 Klangwolke #1|07 Ice Tango|08 Detajam|09 Kranky|10 Frentic|11 Loopholes In My Lawn|12 Ruit Silvermoon|13 Reversed-Reserved|

En l'espace d'une bonne douzaine d'années David Moufang s'est construit une discographie des plus impressionantes. Plus connu sous le nom de Move D et pour ses participations avec Namlook, Moufang nous revient avec Conjoint, formation de jazz mutant qui sévit depuis un peu plus dix ans. Accompagné de Karl Berger, Gunter Ruit Kraus (dont l'importance comme guitariste ainsi que dans la conception de l'album et l'écriture de plusieurs morceaux est loin d'être négligeable) et Jamie Hodge, David Moufang continue dans une exploration avant-gardiste du jazz axé essentiellement autour de formes électroniques et d'instruments que sont les guitares, percussions et vibraphone. Ce dernier tient, d'ailleurs, une place prépondérante dans l'architecture sonore des compositions du groupe. Tout semble tourner autour de lui ou tout est fait pour le mettre, finalement, en valeur. Enregistré live, ce disque est d'une clarté assez confondante. Si Conjoint emprunte des chemins complexes et inattendus il en ressort, malgré tout, une sorte de limpidité que l'on situerait volontier dans cette mouvance de jazz aéré qui malgré ses divagations reste sans doute moins abrupt et plus digeste que le free, par exemple.

Rob Young, de l'excellentissime magazine britannique The Wire, avait comparé le travail de Conjoint, en parlant du premier de leur album, à celui de Miles Davis en évoquant In A Silent Way. Young n'était sans doute pas loin de la vérité. En tout cas la comparaison a souvent été reprise, à juste titre. Miles Davis, et a fortiori le travail du producteur Teo Macero, sur In A Silent Way, a été la porte ouverte qui a permis à des groupes comme Conjoint de pouvoir exister. L'exploit n'est pas mince et rien que pour cela on ne saurait que lui être éternellement reconnaissant. Car évidemment, dans ce sillage, Conjoint sait se rendre inventif et en évoluant dans cette sphère pour le moins atmosphérique, le groupe contribue à faire perdurer un genre qui aujourd'hui s'est rendu plus que discret. On pourra alors rendre grâce à David Moufang et ses comparses de remettre au goût du jour ces sonorités semblant provenir d'un autre temps.

note : 7.5

par Fabien, chronique publiée le 24-01-2007

A voir également :

http://www.city-centre-offices.de

?>