.:.Chronique.:.

Pochette

Dorit Chrysler / Mico / Monotekktoni / Iris

4 Women No Cry Vol.2

[Monika Enterprise::2006]

|01 (Dorit Chrysler) Spring Breeze|02 Satellite|03 Chlorophyll|04 My Sweet Chimera|05 Animoso|06 (Mico) Signal Found|07 After Rain|08 Fruit Tree|09 (Monotekktoni) Operation|10 Hands Up|11 No Cry|12 Pappelin|13 (Iris) Already Ready|14 A Bath|15 Rolling Down|16 Song For A Past|

Il y a un an je ne tarissais pas d'éloges sur la première compilation qui consacrait une idée lumineuse de Gudrun Gut. L'idée est toujours aussi bonne et un deuxième volume vient de voir le jour avec quatre nouvelles jeunes femmes sorties de nulle part. Ou presque. Entre Dorit Chrysler (New York), Monotekktoni (Berlin), Mico (Londres) et Iris (Barcelone) on sent une attirance commune pour les mêmes bidouilles électroniques. Quelque part dans la fantasmagorie synthétique elles s'activent à concevoir des mélodies fragiles, souvent mutines mais aussi ouvertes à une liberté de ton qui s'affranchit des codes jusque-là surusités par bon nombre d'adeptes de la chose électro. Pour autant nous ne sommes pas dans l'avant-gardisme mais plus dans une évolution moderniste d'une musique qui ne tient aucunement à rester sur place sous peine de mourir dans une indifférence totale. On invente, on se ré-invente autant qu'on le peut. Gudrun Gut et ses invités du jour auront bien sûr compris que la mutation musicale du genre électronique ne connaîtra sans doute jamais de fin et que c'est ce qu'il y a de plus excitant.

Il sera donc difficile de ne pas faire la comparaison avec le premier volume. Cependant si l'esprit est le même on pourra déjà sentir une évolution artistique dans la démarche des quatre femmes. Même si celle-ci est légère elle demeure perceptible dès les premiers instants. Les quatre artistes, qui évoluent dans une électro-arty-pop déchue d'artifices encombrants, offrent des instants de pure inventivité autant sonore que mélodique. En ce sens elles assument parfaitement leur approche féminine de la musique. Mieux, elles l'affirment, laissant les miévreries au rang des antiquités. On ne pourra pas dire que cette nouvelle réunion ne soit ni moins bonne ni meilleure que la précédente. Elle est juste différente dans son approche artistique. La seule chose qui, elle, ne changera pas, c'est le côté atypique de toutes ces intervenantes. Et tant que Gudrun Gut aura le flair suffisant pour nous trouver des musiciennes de ce calibre, on ne pourra que la suivre les yeux fermés

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 06-01-2007

A voir également :

http://www.monika-enterprise.de

?>