.:.Chronique.:.

Pochette

Mathieu, Stephan & Schaefer, Janek

Hidden Camera

[Cronica/Import::2006]

|01 White Wings/Child Okeford|02 Score For A Line|03 Hidden Camera|04 Cosmos|05 Aisle|06 Quartet For Flute, Piano And Cello|07 Fugue|08 Maori Love Songs|09 Six Hills Giant|10 Belle Etoile|11 The Planets|

En terme d'ambient, peu aujourd'hui arrivent à faire évoluer un genre qui semble être rendu à un point de non-retour. Cela n'empêche en rien de voir nombre de disques sortir et qui ont bien souvent cette beauté glaciale et l'imprégnation d'espaces sonores infinis. Stephan Mathieu et Janek Schaefer se sont fait depuis plusieurs années déjà des spécialistes de ces plongées en apnée qui se révèlent être toujours aussi fascinantes même si, à chaque fois, on pense avoir tout entendu sur la question. Les deux hommes se sont rencontrés pour la première fois en 2002 lors du Mutek, le "festival international de musique, son et nouvelles technologies" qui a lieu tous les ans à Montréal, et se sont suivis dans différents évènements musicaux par la suite. Finalement, c'est l'année dernière, lors du Musica Genera Festival (Pologne), qu'ils ont décidé d'allier leurs talents pour un projet commun. Ils entreprennent alors de s'enfermer pendant une semaine dans un manoir du sud de l'Angleterre (le Manor Farm House qui n'est autre que la demeure John Tavener) en utilisant toute forme d'instruments qu'ils pouvaient trouver. Ainsi Mathieu et Schaefer ne se sont pas contentés d'enregistrer de longues nappes électroniques mais ont usé de nombreux instruments acoustiques en même temps que des enregistrements sonore comme la simple respiration d'un individu ou des sons environnementaux pris au petit matin.

Donc oui, Hidden Camera est principalement un disque d'ambient mais pas seulement. Il intègre dans son processus des ingrédients propres aux concepts de la musique acoustique, balayant ainsi le cliché éculé d'une musique rectiligne et sans beaucoup d'âme. Hidden Camera, bien qu'introspectif, se revèle être beaucoup plus chaleureux qu'il n'y paraît. Il distille une musique enrobante qui, avec ses différences de tonalités, amène l'auditeur à se plonger pleinement dans cet univers aussi curieux qu'envoûtant. La rencontre entre Stephan Mathieu et Janek Schaefer a donc porté ses fruits. Mais pouvait-on en douter tant ils ont marqué de manière importante le genre ces dernières années en multipliant les projets les plus audacieux ?

note : 7.5

par Fabien, chronique publiée le 14-12-2006

A voir également :

http://www.cronicaelectronica.org

?>