.:.Chronique.:.

Pochette

Clark

Body Riddle

[Warp Records::2006]

|01 Herr Bar|02 Frau Wav|03 Springtime Epigram|04 Herzog|05 Ted|06 Roulette Thrift Run|07 Vengeance Drools|08 Dew On The Mouth|09 Matthew Unburdened|10 Night Knuckles|11 The Autumnal Crush|

De Chris Clark je n'avais de souvenir que Clarence Park, un précédent disque qui m'avait laissé une impression plutôt bonne, de celle qui vous conforte dans cet amour immodéré pour le label Warp. Clarence Park apparaissait comme une évidence, chargé d'une marque de fabrique qui avait fait l'identité du label. Je n'y trouvais rien à y redire. Encore aujourd'hui lorsque je le réécoute il apparaît que la magie warpienne fonctionne toujours aussi bien et que Chris Clark avait autant de mérite que les monstres sacrés que sont Autechre, Aphex Twin ou Squarepusher. Pourtant je l'avais un peu perdu de vue, passant à côté de Empty The Bones Of You et c'est un peu par hasard qu'on me proposa ce disque. Après avoir surmonté la peur d'être profondément déçu il a bien fallu s'atteler à la tâche. Le soulagement fut à la hauteur de l'engouement que Clarence Park avait provoqué chez moi. On se serait presque cru à la grande époque, Clark distillant une musique électronique ludique et mécanique avec un soin du détail très particulier. La frappe est chirurgicale et bercée par une chaleur mélodique et architecturale qui, bien que rencontrée ailleurs, fait toujours autant effet.

Entre les ambiances vaporeuses et une musique électronique carillonnante, Chris Clark arrive à trouver un juste milieu, sorte de synthèse qui joue à plein sur l'émotionnel et les envolées aériennes. Ce disque est comme une étrange mécanique, objet merveilleux devant lequel on s'extasie mais dont on ne sait comment il fonctionne réellement. C'est cette "énigme du corps" que Chris Clark tente de faire évoluer. Les morceaux de l'album n'expliquent rien, ils ne sont que le relais d'une foule de sentiments, de sensations enfouis en chacun de nous et qu'il reste difficile d'expliquer avec de simples mots. La musique semble être un meilleur vecteur et Clark se révèle être un communicateur des plus doués. Ainsi on fait corps avec Body Riddle avec une aisance qui donne à penser que la musique électronique n'est pas tout à fait morte, qu'elle ne sera pas toujours submergée par un flot de médiocrités dégueulées en abondance par des DJ en manque d'ambitions. Heureusement Chris Clark n'est pas le seul îlot de résistance mais il est encore bon de rappeler qu'il fait partie de ceux qui font avancer la création. Ce n'est pas donné à tout le monde.

note : 8.5

par Fabien, chronique publiée le 21-10-2006

A voir également :

http://www.warprecords.com

.:.L'avis des autres rédacteurs.:.

Simon : avis du rédacteur

?>