.:.Chronique.:.

Pochette

7th Octave

The Seventh Degree

[Slam Jamz/Nocturne::2006]

|01 Know Applause|02 Psychodelix Holyghost|03 Revenge|04 Pressure|05 Sabatage (feat Star The Femme M.C.)|06 Insane|07 Crash The Party|08 Elvis Killed Kennedy|09 Trail Of Tearz|10 Voicez Of The Fist|11 American Pie|12 Blind To The Fact (feat. Black The Barber)|13 What Good Iz A Bomb ?|14 -|

Dans les années 90 Ice T et Body Count avaient bousculé le monde du hip-hop en fusionnant métal et rap. Une petite révolution en soi. Le premier album du combo fit sensation tant par son mélange détonnant que par son contenu sulfureux. Cop Killer, d'ailleurs, ne tardera pas à être retiré de la vente subissant les foudres de la censure américaine dont on sait qu'elle ne badine guère avec ses artistes chéris. Depuis Body Count (qui est toujours en activité et a sorti récemment son quatrième album : Murder For Hire) peu se sont aventurés sur de telles voies. 7th Octave semble reprendre quelque peu le flambeau. Ce groupe dirigé par Professor Griff, membre éminent de Public Enemy, est certes moins sombre dans son approche que Body Count. Par certains aspects on croirait presque qu'ils se sont inspirés de Rage Against The Machine. Et comme il se doit, 7th Octave ne pouvait être qu'engagé au niveau des paroles. "Non-violence is what we use, but silence is no excuse". Dont acte. Cependant le groupe s'empresse de noter "Peace when possible, violence when necessary". On ne se refait pas.

7th Octave ne va sans doute pas aussi loin dans la critique que Body Count mais chacun pourra en prendre pour son grade. En évitant de tomber dans le cliché et la grossièreté Professor Griff et ses acolytes réhabilitent un genre qu'on avait eu tendance à oublier, laissant le champ libre à des rappeurs à l'imagination limitée. Encore une fois, ce ne sont pas ceux qui sont sur le devant de la scène qui font les disques les plus intéressants. La production de Chuck D y est aussi pour quelque chose. Ainsi The Seventh Degree est un album très bien léché, qui dégage une puissance et provoque une montée hormonale qu'on ne connaît qu'avec ce genre de groupe. 7th Octave s'impose donc au forceps et avec la manière qui plus est. Mais pouvait-il en être autrement ? On sait bien que quand on fait partie de Public Enemy on ne fait jamais rien à la légère. 7th Octave ne pouvait être qu'un simple amusement.

note : 7.5

par Fabien, chronique publiée le 05-10-2006

p.s. : A noter que l'album est agrémenté d'un dvd avec des extraits live, un clip et un documentaire sur la conception du disque, photos, interviews et mp3.

A voir également :

http://www.SLAMjamz.com

?>