.:.Chronique.:.

Pochette

Tiersen, Yann

Good Bye Lenin !

[Labels/EMI::2003]

Il fut un temps où j’aimais bien Yann Tiersen. Il fut un temps où celui-ci était complètement ignoré des médias et était un artiste confidentiel. Il fut un temps où ses concerts étaient des petits bijoux d’intimité. Ce temps, révolu, était celui d’avant d’Amélie Poulain. Avant qu’on nous gave jusqu’à l’overdose de cette B.O., belle au demeurant mais qui reprenait pas mal d’ancien morceaux, qu’on utilise ses compositions à tour de bras pour illustrer tout et n’importe quoi. J’en pouvais plus. J’avais même détesté le live qui était sorti l’année dernière. Il faut dire qu’il n’apporte pas grand chose de toute façon. Tiersen est donc célèbre aujourd’hui et pour être totalement honnête il ne l’a pas volé, le bougre. Qui au début aurait parié sur ce multi-instrumentiste qui vous sortait des petits morceaux tristounets tintés de nostalgie à vous faire chialer un légionnaire ? Pas grand monde à vrai dire. Un succès démesuré pour un garçon qui n’en demandait pas tant. Ce même succès aurait pu lui tourner la tête et faire des disques pompeux à la limite de l’ennui. En fin de compte il a su rester lui même et continue à sortir des disques qui ne vont pas dans une logique commerciale classique. C’est sans doute pour cela qu’il faut lui accorder une certaine indulgence même si son succès peut agacer. C’est sans doute, encore, parce que je veux le croire honnête dans son travail que je n’ai pas renié tout ses disques et que je me suis attelé à l’écoute de cette B.O. Et encore une fois il fait mouche. C’est toujours aussi touchant. Tellement que notre légionnaire continue de chialer. Tiersen, dans les moments où le succès commençait à le chatouiller, disait ne pas connaître l’œuvre de types comme Pascal Comelade, Wim Mertens ou Michael Nyman. Les comparaisons étaient souvent justifiées d’ailleurs, mais notre breton disait ne pas les connaître. Bon, on veut bien. Mais sur ce « Good Bye Lenin ! » il a certainement du rattraper son retard. Du moins il a du écouter les plus beaux morceaux de M.Nyman. C’est tellement flagrant.

Quoiqu’il en soit Y.Tiersen sait encore sortir des morceaux d’un haut calibre qui feraient presque penser que la B.O. d’Amélie Poulain ne serait qu’une bluette pour jeunes filles adorant dessiner des petits chatons. Finalement, ce qui est rassurant c’est que Y.Tiersen ne baisse pas la garde. On respire.

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 30-09-2003

A voir également :

www.yanntiersen.com

www.79qmDDR.de

.:.L'avis des autres rédacteurs.:.

jean marc : avis du rédacteur
Emilie : avis du rédacteur

?>