.:.Chronique.:.

Pochette

Marsen Jules

Les Fleurs

[City Centre Offices/La Baleine::2006]

|01 Oeillet Sauvage|02 La Digitale Pourpre|03 Coeur Saignant|04 Datura|05 Anémone |06 Gueule De Loup|07 Coquelicot |08 Oeillet En Delta|

Sans faire vraiment de bruits Martin Juhls aka Marsen Jules est pourtant l'un de ceux sur qui on croit à un avenir brillant. Herbstlaub, paru l'année dernière, laissait déjà entrevoir les capacités de ce petit surdoué de la chose électronique. Obnubilé par un côté assez végétal, Marsen Jules en est au point de consacrer un album entier à ce thème. Les Fleurs. Sur l'idée que la vie d'un végétal suit le rythme des saisons, ce nouvel album de l'Allemand est pour ainsi dire orienté vers le printemps. Déjà Herbstlaub, qu'on pourrait traduire par feuillage d'automne, comportait cette ambivalance naturaliste. Ici on peut aisément s'imaginer cette représentation d'une fleur qui commence à éclore, qui s'éveille aux aurores et aux premières chaleurs printanières. Sur une musique tonale Marsen Jules poursuit sa lubie avec une minutie et une précision qui ne peut laisser de marbre. Jouant beaucoup sur les silences Juhls alterne ces instants de calme apparent avec de courtes séquences cristallines qui, aussi fragiles qu'elles puissent paraître, sont faites d'assurance et de beauté d'une pureté originelle.

Sans doute plus abstrait que Herbstlaub Les Fleurs n'est pas un album qui engage Martin Juhls vers les voies de la facilité. Néanmoins ce disque matinal tente d'atteindre une certaine forme de béatitude jusqu'à redonner au minimalisme électronique une beauté moins monocorde. La pari n'est pas facile à tenir. Pas facile parce qu'il sera ardu pour Marsen Jules de faire la comparaison avec toute la masse des productions de l'école américaine ou nordique. Les blasés et autres pique-assiettes d'une culture trop intellectualisée auront sans doute du mal à apprivoiser les volutes sonores de l'Allemand, prétextant maladroitement que cela a déjà été accompli par d'autres et cela de meilleure manière. Sans doute, mais cela enlève-t-il en quoi que ce soit de la valeur à ce disque ? Non, sûrement pas. Marsen Jules arrive à donner beaucoup de profondeur à ses morceaux et avec une application extrême parvient à fixer sur une musique dilettante toute notre attention. Avec cette musique contemplative Marsen Jules nous conforte dans l'idée qu'il a la capacité d'aller encore plus loin. Ayons confiance.

note : 7.5

par Fabien, chronique publiée le 18-08-2006

A voir également :

http://www.city-centre-offices.de

?>