.:.Chronique.:.

Pochette

Workman, Hawksley

LOVER/FIGHTER

[Mercury::2003]

On avait quitté Hawksley Workman hurlant sa vérité dans un mégaphone, égrainant les quartiers d'orange, réclamer du potage et perdre son pantalon. Seul avec son pianiste, il avait choisi de terminer sa tournée sans autres musiciens, annonçant peut-être un virage acoustique pour son quatrième album.

Tout faux. Hawksley nous a sorti son album de Noël ( avec un an de retard, certes ) et la suite devait se révéler bien différente. Après avoir remué les cendres congelées du glam, violentées pourtant par Marylin Manson et les Dandy Warhols, du bout de sa canadienne faconde, il s'attèle maintenant au songwriting pop, autant dire qu'il y a laissé des plumes. Celles de Ziggy Stardust.

Pour gagner en violence. Attention, il n'est pas rentré dans un costume trop large pour lui, monsieur a de la carrure, mais son puissant organe vocal s'envoie en l'air avec des "fuck you" plus souvent qu'avec des "I love you". Un combat amoureux gagné ou perdu d'avance? On ne sait pas, tout ce qui reste de l'affrontement c'est une dizaine de titres plus ou moins inspirés, étonnement sages et posés, musicalement parlant, mais veloutés à l'oreille. On retrouve quelques traces de l'ancien Workman sur une poignée de morceaux-Even an ugly man, wonderful and sad- mais cédant à la tentation R'n B, il se fait épaule sur somke baby smoke par une diva que l'on imagine fringuée comme Missy Elliot. Un retour en demi teinte, étrangement séduisant malgré les facilités auxquelles la jeune scène pop tend à utiliser maintenant.

note : 6.5

par drezco, chronique publiée le 30-09-2003

A voir également :

http://www.hawksleyworkman.com

.:.L'avis des autres rédacteurs.:.

Fabien : avis du rédacteur
Claire : avis du rédacteur
popop : avis du rédacteur

?>