.:.Chronique.:.

Pochette

Various Artists

Black Label Series

[Compost/Nocturne::2006]

|01 Made Up (Zwicker)|02 51 Cents Left (Syrup)|03 All Tonight - Matt Flores Metrosoul Mix (Flowerz)|04 Hormony (Trickski)|05 Cild Of Dance (Lopazz)|06 Close Life Off (Tyree Cooper & Matt Flores pres. Goosebumpz)|07 Solaris - Pascal Hahn & Minus 8 Rmx (Minus 8)|08 Water Samba (Keisuke Suzuki)|09 Erlangen Süd (Julius Kammerl)|10 Crisp Cort (Martin Peter)|11 Boogie Beat (Phreek Plus One)|12 Kholi Number (Brahmsonic)|13 Estrella (Lopazz)|

Pour ceux qui avaient manqué les huit premiers maxis de la série Black Label, Compost se propose de faire un cours de rattrapage avec cette compilation. Ceux qui connaissent un tant soit peu le label seront sans doute un tantinet surpris par le contenu de cette sélection. Une sélection parfaitement calibrée pour le dancefloor, une électro hormonée et irrésistiblement entraînante. Compost n'était certes pas habitué à sortir de telles productions mais son goût pour l'innovation a sans doute pesé dans ce genre d'évolution. Ceux qui ne peuvent supporter une musique électronique dansante pourront peut-être faire un petit effort ici. Si chacun des morceaux est fait peu ou prou sous le même moule il y a indéniablement une recherche qu'on ne retrouve pas forcément ailleurs. Exit donc les grosses ficelles, les clichés vaseux et les productions grossières bonnes à enthousiasmer les accrocs du tuning. Ce premier volume est bien plus raffiné qu'il n'y paraît et ce n'est pas parce qu'on colle à ce disque une étiquette "dancefloor" qu'on entre fatalement dans quelque chose de vulgaire et facile. D'ailleurs dès le premier morceau ( Zwicker - Made Up ) on comprend aisément qu'on évoluera dans une autre dimension.

Pour tout dire cette compilation est une mine de surprises. Si certains morceaux sont vraiment au-dessus du lot, il n'y a tout même pas grand-chose à jeter. Evoluant sur des formes très groovy chacun des intervenants propose une musique libérée, tout à fait ouverte et qui a ce mérite d'être accessible au plus grand nombre sans que ce soit marketé. Comme on pouvait s'y attendre ce genre de disque a fait le bonheur de nombreux DJs ou d'artistes électro comme Tiga, James Murphy (LCD Soundsystem), John Tejada ou Peter Kruder. Si autant d'éloges peut paraître suspect il n'y a pourtant aucun piège ici. Compost inaugure de la meilleure des façons un genre qui aurait pu totalement les décrédibiliser. Au contraire cette tentative n'a fait que les renforcer. On n'attend même qu'une seule chose c'est que la série continue sur cette lancée.

note : 7.5

par Fabien, chronique publiée le 11-08-2006

A voir également :

http://www.compost-records.com

?>