.:.Chronique.:.

Pochette

Maison Tellier, La

s/t

[Euro-Visions / Abeille Musique::2006]

|01 A la petite semaine|02 Delta|03 Fraulein S.|04 Cactus Kid|05 Il n'est point de sot métier|06 La chambre rose|07 One more beer|08 No name #2|09 The troubles of a troubled mind|10 Après dissipation|11 Killilng in the name|12 La Maison Tellier|

Vous ne connaissez pas encore la Maison Tellier ? On a pourtant pu voir le collectif haut-normand à la télévision, ou l’entendre à la radio... Alors, comment vous les présenter ? Par leurs amitiés ? Bon, d’accord : disons que certains membres du groupe jouent également dans Marteen, et qu’ils affichent comme amis Dirge ou the Elektrocution. Eclectique, dites-vous ? Je suis bien d’accord.

Alors parlons plutôt de leur musique. La Maison Tellier, c’est à l’origine un texte de Maupassant racontant la vie dans un bordel. A ce bordel, on trouve quelques allusions dans les textes (“La chambre rose” ou “La Maison Tellier” justement), mais c’est à peu près tout. La musique, loin d’être un capharnaüm, est au contraire volontairement très classieuse, alliant le folk et le blues américain aux sonorités mexicaines et à la country. Un peu comme si Neil Young et Calexico s’étaient retrouvés, comme si Palace et Johnny Cash s’étaient donné rendez-vous en Normandie, pour accompagner ces textes, tant en français qu’en anglais, littéraires et distingués, parfois terribles - écoutez donc les paroles de “Après dissipation (des brumes matinales)”...

Comme un résumé de ce qu’on a pu entendre jusque là, on se délecte de la reprise country-folkisante de “Killing in the name”, de Rage against the Machine qui vient presque à la fin de l’album, en un point d’orgue délicieux. Superbe !

note : 8

par Claire, chronique publiée le 04-08-2006

A voir également :

http://www.lamaisontellier.com/

http://www.euro-visions.net/

?>