.:.Chronique.:.

Pochette

Vitamins For You

The Legend Of Bird's Hill

[Intr_Version / Mochi Mochi::2006]

|01 I Move|02 So Long Pleasant Bay|03 The Ukrainians|04 Six O'Clock Whispers|05 Welcome To Echo Valley Saskatchewan|06 Being Away Fame (A Song For The Xenophobic)|07 I Think I Know That Kind Of Feeling|08 A Call From Curtis|09 Me, Arden And Iran-Contra|10 Nothing Ever Is (In Two Parts)|11 Everything Always Is|12 1986|13 A Call From Ghislain|14 Wishing I Lived Near Water|15 It's Always Raining In Dublin|16 A Call From Emm|17 Cross-Crab Apple Tree|18 When We Were Young|19 It's Not The Brown That Makes Your Eyes So Pretty|



Cela faisait longtemps que l’on avait plus eu de nouvelles de Bryce Kushnier aka Vitamins For You. La dernière fois c’était il y a trois ans avec le très bel album I’m Sorry Forever And For Always. Depuis, pas grand-chose sinon un EP l’année dernière (Désolé Monsieur Soleil, C’est La Neige Qui Va Me Libérer). Autant dire que c’est un peu mince. Il faut dire que le bonhomme était accaparé par d’autres collaborations et projets. Ainsi on l’aura vu dans Désormais et Avia Gardner, travailler pour Justin Small (Do Make Say Think), Hexes & Ohs, Emm Gryner sans compter ses musiques pour films et chorégraphies. De quoi occuper son homme en somme. Très volontiers on dit de Vitamins For You qu’il serait le chaînon manquant entre The Notwist et The Postal Service. The Legend Of Bird’s Hill ne fera que renforcer cette impression. Avec ce disque, Bryce Kushnier se situe bien à la croisée des chemins. Résolument pop dans son approche, le Canadien a voulu de ce disque qu’il soit le plus lumineux possible. Le but semble atteint mais à quel prix ?

A contrario des groupes auxquels on le compare, B.Kushner a su insuffler une dose de psychédélisme, une douce folie qu’on ne retrouve pas forcément avec The Notwist et consorts. Avec ces derniers, et malgré leurs nombreuses qualités, on reste avec des interprétations un peu plus terre à terre. Ici on prend un peu plus de hauteur. On n’hésite aucunement à faire des digressions musicales en nous entraînant en des endroits à la limite du farfelu et délirant. B.Kushner se lâche complètement sur ce disque et même s’il ne réinvente pas le principe du disque concept il dégage ici un rayonnement qu’il est toujours difficile de réaliser. The Legend Of Bird’s Hill c’est une euphorie tout au long de ces dix-neuf titres. Il ne faut pas en perdre une miette et même si le disque vous paraît trop long, découper son écoute relèverait du simple crime de lèse-majesté.

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 31-07-2006

A voir également :

http://www.intr-version.com

?>