.:.Chronique.:.

Pochette

Kaito

Hundred Million Light Years

[Kompakt/Nocturne::2006]

|01 Color Of Feels (album mix)|02 Natural Source|03 Hundred Million Light Years (album mix)|04 Nobody Could Be Alone|05 We Were Born Here|06 Holding A Baby|07 Your Brilliant Flowers|08 Life Goes On|09 The Universe|

Qu’on ne confonde pas. Le présent Kaito n’a absolument rien a voir avec le combo anglais du même nom. Le Kaito qui nous occupe ici est seul, japonais et s’est aussi fait connaître sous les noms de Quadra, Tread et Nite System. Auteur d’un maxi qui a fait date chez Kompakt il y a de ça cinq ans (Beautiful Day) et d’un album (Special Love) tout aussi intéressant, Hiroshi Watanabe revient avec un Hundred Million Light Years qui ne fait pas douter sur la provenance de la marchandise. Le Japonais s’est en effet spécialisé dans une espèce de trance modernisée, enterrant les errements néo-babas des années 90 mais ne délaissant pas le côté évolutif de la chose. Lorgnant quelque peu vers l’ambiant, Kaito se détache du lot en créant une musique qui est tout autant atmosphérique que pleine de vie et de rythmes. Il ne pouvait en être autrement si on y réfléchit bien. Qui d’autre que Kompakt peut encore sortir des disques pareils ? C’est ce qui fait encore de lui un label assez unique en son genre.

Quant à Kaito il ne se défend encore pas si mal. Même si parfois on a l’impression que sa musique est un peu passée de mode, elle n’est pas non plus tout à fait inintéressante. Des idées, le Japonais en a encore. En témoignent ces morceaux à rallonge qui ne sont pas des recyclages de séquences sonores qu’on répéterait à l’envi pour donner un peu de substance à l’affaire. Non, Kaito fait vivre ses mélodies en les enrichissant sans que cela fasse remplissage. Cependant cette débauche de longueur peut finir par lasser. Si Kaito est plein de bonnes intentions, ce nouveau disque, aussi digeste qu’il soit, semble interminable. Mais pour que les morceaux révèlent toutes leurs potentialités il ne pouvait guère en être autrement. Le sentiment est donc un peu mitigé. Entre le fait qu’on ne peut pas reprocher grand-chose à Kaito et ce sentiment que le Japonais s’étale un peu trop, on préférera écouter ce disque avec une légère parcimonie. Histoire de pouvoir apprécier Hundred… à sa juste valeur.

note : 7

par Fabien, chronique publiée le 26-07-2006

A voir également :

http://www.hiroshiwatana.be

http://www.kompakt-net.de

?>