.:.Chronique.:.

Pochette

Guilty Connector

Beats, Noise & Life

[Planet Mu/La Baleine::2006]

|01 New York Shibaki Terror Conversation|02 Nishi-Ogi Punk Waste|03 Cosmic Conspiracy|04 Asagaya Crystal Crypt|05 Inokashira Park Brutality|06 Tonight, At All The Akasho In Your Town|07 Beats, Noise And Life|

On sait qu’en matière d’électro bruitiste les japonais n’ont jamais été en reste. Ils font même parti des plus extrémistes dans ce domaine. Dr. Kohei, que l’on connaît aussi sous les noms de The Filth ou GxCx, est certainement l’un de ceux pour qui le qualificatif de puissance sonore n’est pas quelque chose de vain. Sous le pseudo Guilty Connector l’envoyé du Levant sort un disque dont le nom est plus qu’évocateur : Beats, Noise & Life. Et dans le genre Dr.Kohei est très loin de faire dans la nuance. Rapidement on comprend que cet album sera dans la droite ligne de ce qu’a déjà pu engendrer Merzbow. Ici Guilty Connector alterne entre une euphorie bruitiste totale et des passages qui apparaissent comme des pauses salutaires mais qui se révèlent être tout aussi inquiétantes. Ce qui pourrait relever du pire cauchemar pour les uns peut bien être un sentiment de puissance immense et illimité. Un disque qui met certainement les nerfs à rude épreuve mais dans ce genre de musique conflictuelle le japonais se pose comme un candidat sérieux pour prendre une place aux côtés du maître incontesté Masami Akita.

Ainsi le titre du disque résume parfaitement la situation. Entre des battements désincarnés, le bruit prend une place prépondérante, laissant à la vie que d’infimes instants où elle peut s’exprimer de manière fragile. Finalement tout tourne autour de ces vastes triturations électroniques que la puissance sonore amplifie de façon disproportionnée. Si l’expérience peut s’avérer difficile elle peut tout aussi bien se transformer en un moment de jouissance absolu comme si on se prenait un souffle brutal en pleine face, annihilant toute forme de timidité. Véritablement apocalyptique Beats, Noise & Life en abattra certainement plus d’un et ne fera que confirmer que le Japon est vraiment le refuge pour tous ceux qui pensent que la musique ne peut connaître de réelles frontières.

note : 7.5

par Fabien, chronique publiée le 24-07-2006

A voir également :

http://www.planet-mu.com

?>