.:.Chronique.:.

Pochette

Juko

Zones D'Ombre

[Autoproduction::2006]

|01 Zones D'Ombre - Prologue|02 Tout Est Si Calme|03 Tribal Business|04 Ce Que Tu Tais|05 Etat De Marche|06 Ouvré Barrié|07 Egg Space|08 Faut-il Vraiment ?|09 Moins De Conséquences|10 La Voix Du Plus Fort|11 Zones D'Ombres - Epilogue|12 ... I've Used To Be Dead|

Après un 2000 Plus Tard plus qu’honorable, Juko nous revient avec Zones D’Ombre qui signe une sorte de continuité logique avec son prédécesseur. L’influence de Depeche Mode, celui des années 90 à maintenant, n’a pas été abandonné et Juko poursuit dans cette synth-pop élaborée et sombre qui peut désormais être considérée comme sa marque de fabrique. Certains pourraient même voir la musique de Juko comme une sorte de cold-wave moderne, un des derniers avatars des années 80 à la 4AD ou type Mute qui tente de survivre dans un monde plus tout à fait modelé à sa mesure. Ce serait sans doute limiter à pas grand-chose les efforts du jeune homme. Ayant parfaitement sa place dans le monde pas si fermé des musiques électro-pop, Juko est en net progrès par rapport au précédent opus. On sent qu’il gagne en confiance, ose plus et sait mettre plus en avant ses états d’âme. Juko est aussi l’un des seuls à utiliser la langue de Molière dans un genre où l’anglais est roi. Certes il n’est pas forcément le plus fin des paroliers mais les textes du bonhomme ont au moins ce mérite de coller parfaitement à sa musique et aux ambiances qu’elle dégage. Ce n’est pas rien.

Si les Zones D’Ombre sont des endroits d’incertitudes, de flou absolu, Juko, lui, avance comme le premier des Justes, sûr de son fait et aime se fondre dans les aléas de la vie. Comme s’il était sur un piédestal, il déclame à qui veut l’entendre sa vision des choses, forcément peu optimiste, qui sonnent comme un cri de rébellion envers une société qui de plus en plus écrase ceux qui la composent. Juko est sans doute un personnage unique en son genre dans l’Hexagone. Du moins il est l’un des seuls à s’engouffrer dans un genre aussi marqué par une influence qui prend peut-être trop de place. En tout cas Juko n’est assurément pas près de sortir du cocon musical qu’il s’est fabriqué et qui lui va à ravir.

note : 7

par Fabien, chronique publiée le 22-07-2006

A voir également :

http://jukozone.org

?>