.:.Chronique.:.

Pochette

Meteo, Daniel

Peruments

[Meteosound/Shitkatapult/Nocturne::2006]

|01 Music Ohne Sound|02 Without Don't It Ain't|03 Chop Stick|04 Ghost Story|05 1000 Miles|06 Save Music|07 Rendered Buildings|08 (Peru Arrives) Just In Time|09 Peters Bounce (eps)|10 It's Maybe Late For You|11 Peruments|12 Good Bye Nice Try|

Après s’être fait connaître pour ses remixes pour Apparat, Orb, Dntel ou Masha Qrella, ses DJ sets ainsi que dans la formation Bus(Scape), Daniel Meteo est aussi le créateur de la structure dub Meteosound qui a déjà plus d’une vingtaine de références à son actif. Malgré toutes ces activités Peruments n’est jamais que le premier album solo de Meteo. Largement influencé tout au long de sa carrière par le reggae et le dub, il n’est pas étonnant d’entendre ici ces lourdes basses tellement significatives du genre. Meteo fait rencontrer les infra-basses dubesques avec le minimalisme électronique, ce qui évite de trop alourdir son propos. Peruments nous apparaît comme un disque aux sentiers bien balisés mais suffisamment aéré pour ne pas le croire définitivement cloisonné. Un disque trop orienté vers le dub aurait été tout simplement inutile, venant s’ajouter à la multitude qui peut déjà exister. L’Allemand s’en sort en choisissant les traitements électroniques adéquats, évitant la surenchère, dosant juste comme il faut les effets. Rien ne dépasse. On pourrait alors croire que Peruments est trop scolaire dans la forme mais la symbiose effectuée par Daniel Meteo est plus une recherche du son parfait plutôt qu’une non-prise de risques.

D’ailleurs la coexistence du dub et de l’électro est tout à fait justifiable puisque les deux genres ont des accointances nombreuses dans le traitement du son et dans l’utilisation des techniques. Sans être un précurseur en la matière, Daniel Meteo réalise un disque fluide aux compositions plus qu’honorables. Il n’y a certes pas de quoi se rouler par terre mais notre homme évite tous les pièges et son expérience passée lui a servi pour l’élaboration de ce premier effort en solitaire. Le disque est amené avec intelligence, il n’y a pas à en douter, ce qui laisse bien de quoi passer un moment agréable allongé dans son canapé, les mains derrière la tête et les doigts de pieds en éventail. Vu son background l’Allemand aurait très bien pu nous offrir un disque trop technique, mais là où il y a un travail de fond, Meteo s’est aussi efforcé de ne pas faire un disque qui n'intéresserait que quelques intégristes. Peruments vaut au moins qu’on y jette une oreille. La moindre des choses…

note : 6.5

par Fabien, chronique publiée le 05-07-2006

A voir également :

http://www.meteosound.net

?>