.:.Chronique.:.

Pochette

Chicken Lips

Making Faces

[Adrift Records/Intergroove/Nocturne::2006]

|01 Sweetcow|02 Without Sound|03 Hot Love|04 Lovin Cup|05 Aim Fire (XDC)|06 Twiggy|07 White Dwarf|08 Motion Sickness|

En quinze ans Andy Meecham et Dean Meredith n’auront sorti que trois disques, dont celui-ci, sous l’entité Chicken Lips. C’est peu mais en même temps ils n’auront guère eu le temps de s’ennuyer. Les nombreux remixes (Morcheeba, Playgroup, Tiga, The Kills…) ont permis au duo de se faire un nom en plus de leurs propres productions qui avaient eu le mérite de se faire remarquer. Cependant l’aventure avait commencé bien avant, à la fin des 80’s, sous le pseudo de Bizarre Inc et aujourd’hui les Chicken Lips font bien office de vétérans de la scène électronique et n’apparaissent pas comme des ringards sur le retour. Au mieux leur réputation est restée intacte et ce nouvel album ne renversera pas la tendance. Accompagnés par le chanteur Jonny Spencer sur cet album, on peut aisément se rendre compte que les deux hommes de Chicken Lips ont traversée ces années sans trop de dommages à l’inverse de beaucoup d’autres qui ne sont plus que l’ombre d’eux-mêmes, s'ils n’ont pas disparus dans l’indifférence totale. Making Faces n’est sans doute pas la bombe annoncée ici où là mais il réaffirme un groupe qui aurait pu se contenter du minimum syndical.

Dans un mélange électro-pop-soul qui va même jusqu’à lorgner vers David Bowie (Lovin Cup) les Chicken Lips se font visiblement plaisir. Making Faces déroule ses morceaux avec une fluidité qui met tout de suite à l’aise. Il n’y a pas de conflits ici. On s’attelle à brosser l’auditeur dans le sens du poil. On s’y sent comme dans un fauteuil et on pourrait presque s’abandonner à une quelconque paresse en l’écoutant. Ce disque pourrait bien paraître trop lisse si la qualité des compositions ne relevait pas le tout. Making Faces est comme le groupe, plaisant. On a d’ailleurs du mal à dépasser ce stade de la simple sympathie. Ainsi si les Chicken Lips ne jouent plus forcément les premiers rôles, ils restent en embuscade, en parfaits outsiders qui refusent de baisser les bras et qui espèrent toujours rallier à leur cause le plus grand nombre de personnes. Pourquoi pas ? Ce disque montre que tout est toujours possible.

note : 7

par Fabien, chronique publiée le 03-07-2006

A voir également :

http://www.adriftrecords.com

http://www.nocturne.fr

?>