.:.Chronique.:.

Pochette

Tragedy Khadafi

Blood Ballads

[25 To Life/Corner Shop/Nocturne::2006]

Il n'y a sans doute rien de pire que les clichés. Et en hip-hop, ils sont légion, qui véhiculent les tics récurrents du genre jusqu'à l'overdose. Ce qui attire inévitablement des sarcasmes dont les plus virulents viennent sans doute encore de ceux qui ne comprennent pas grand-chose au hip-hop. Ce disque de Tragedy Khadafi, MC new-yorkais, suscitera probablement quelques moqueries tant il prend des poses qui tendent justement aux ricanements et aux moqueries graveleuses. Il faut bien dire que Blood Ballads souffle le chaud et le froid, ne sachant pas très bien sur quel pied danser pour mettre son auditeur à l’aise. Un double album qui apporte autant de satisfactions que de déceptions. Tout cela n’est pas pour redorer le blason de Tragedy Khadafi à qui on avait promis un avenir doré mais qui n’a guère dépassé la sphère d’influence des seconds couteaux. Ainsi le premier disque est assez inégal, pas toujours très bien produit. Certains morceaux sont assez anecdotiques pour ne pas dire caricaturaux, tirant sur les grosses ficelles et laissant apparaître un maniérisme presque risible. A côté de cela vous avez d’autres morceaux qui rétablissent la balance en faisant preuve d’un peu plus d’imagination et de sérieux dans la mise en forme. On soufflerait presque de soulagement tant on aurait pu croire que Tragedy Khadafi s’était laissé aller à toutes les facilités. Pourtant ce premier disque laisse un goût amer, comme s'il ne reflétait pas vraiment le réel talent du MC.

Le deuxième disque est plus source de satisfactions. Il faut dire que cette galette est plus une compilation d’anciens titres plutôt que la divulgation de nouvelles compositions. Il n’y a donc pas grand mal à retrouver un Tragedy Khadafi un peu plus en forme, distillant son flow comme aux plus beaux jours et donnant la réplique à des invités de marques comme Havoc (Mobb Deep), Chuck D (Public Enemy), Ja Rule, DMX ou Black Thought (The Roots). Cette compilation intégre vient s’ajouter à Against All Odds, considéré comme son premier best-of (Gee Street / BMG – 2001), et comble à peine, malgré ses quelques pépites, la demi-déception du premier disque. Blood Ballads a pourtant le mérite d’exister mais il est assez loin d’atteindre l’excellence des anciens efforts de Khadafi. On prendra donc cet album comme une petite parenthèse qui ne sort la tête de l’eau que grâce à quelques coups d’éclats. En attendant mieux.

note : 5.5

par Fabien, chronique publiée le 22-06-2006

A voir également :

http://www.nocturne.fr

?>