.:.Chronique.:.

Pochette

Final Fantasy

He Poos Clouds

[Tomlab / la Baleine::2006]

Owen Pallett en arrive au fameux difficile deuxième album… He Poos Clouds annonce la couleur du second degré et d’un certain humour pour un album principalement joué en quatuor de cordes. On a peu l’habitude de plaisanter avec les arrangements classiques, il ose. Comme il ose se servir de sa voix fragile, voire frêle, tout au long du disque. On sent malgré tout, une extrême timidité qui a du mal à réellement s’exprimer dans ce sens. Dommage quand on entend une Joanna Newsom dans le même cas de figure d’une formation classique qui, en réussissant à se décomplexer de sa voix, fait maintenant de pures merveilles. Pallett a rangé son côté autiste violoniste au placard pour jouer au chef d’orchestre, ce qui lui va plutôt bien. On pense souvent aux tribulations orchestrales de Venus, la voix habitée de Marc Huygens en moins. Cet album de Final Fantasy ne se prend pas au sérieux avec beaucoup de parties joyeuses (allegro) où violons, clavecins et percussions sont au mieux. Seulement on sent que Pallett n’arrive pas à se lâcher, à aller au bout des choses puisqu’il se sent obligé de mettre des lignes de violoncelle graves ou des rythmiques tribales lourdes qui imposent un côté dramatique à sa musique. Le garçon maîtrise réellement son art et son ingéniosité mais il lui reste encore un peu de chemin à parcourir pour montrer ce qu’il vaut réellement, pour nous offrir un projet totalement abouti. He Poos Clouds reste un bon disque, truffé de cordes somptueuses, auquel manque un brin d’homogénéité et pas mal de prétention (celle que l’on retrouve dans Many Lives -> 49 MP et pas dans ses incursions dans la musique de chambre).

note : 6.5

par jean marc, chronique publiée le 14-06-2006

A voir également :

http://www.tomlab.com

?>