.:.Chronique.:.

Pochette

And you will know us by the trail of dead

Source Tags & Codes

[Interscope::2003]

Voilà un disque plein et carré. Hum…Je m’explique : il fait la durée qu’il faut, soit ni trop ni pas assez long. Les morceaux nous rassasient sans nous gaver.

Que c’est délicieux !!! Tout est génialement composé. Le piano a autant sa place que les guitares. Les mélodies sont exemplaires. Et si on ne la remarque pas forcément à la première écoute, c’est la voix si particulière qui fait toute la différence avec les autres groupes communément appelés « de rock ». Quel joie de retrouver dans le chant des p’tits trucs de Liam Gallagher ou de Kelly Jones des Stereophonics, excusez cette référence à la britpop ; d’autres trucs plus bruts voire gutturaux; et j’ai même un moment pensé à Jeff Buckley, à la fin de « Source Tags & Codes ».

Mais cette comparaison s’arrête à la voix. Ils ont, pour le reste, un son bien à eux, agrémenté par-ci par-là de cordes, d’accordéon, de bruitages sortis de nulle part (on entend même des faux oiseaux), etc. Le batteur est exceptionnel. Je me demande d’ailleurs s’il n’a pas trois bras.

Il sort vraiment du lot, ce groupe d’Austin. Pourquoi ? Parce qu’ils sont trois à composer. Parce qu’ils ont des personnalités étonnantes. Parce qu’ils s’échangent les instruments. Déjà, ça aide… Une fois de plus, je n’énerverais personne (ni vous ni moi) à essayer de ranger cet album dans une case. Cette fois parce qu’il en occupe plus d’une…C’est sûr, on pourrait donc dire à la fois pop-rock sombre, punk mélodique, hardcore aride j’en passe et des meilleures…Mais c’est tellement plus. Ceci n’est pas du panachage.

Enfin voilà, ça fait du rock parfait, parce que bruyant et pas dilué : tous les titres sont tubesques mi-domptés (par leurs influences), mi-sauvages. C’est ce qu’il nous faut ! Et c’est d’ailleurs un des meilleurs albums de l’année 2002.

note : 9

par Juliet, chronique publiée le 27-09-2003

.:.L'avis des autres rédacteurs.:.

Thomas F. : avis du rédacteur
michael : avis du rédacteur
dorian : avis du rédacteur

?>