.:.Chronique.:.

Pochette

Statik Selektah & G-Unit Records

The Empires Strikes Back

[True School Records/Nocturne::2006]

En 2004 Young Buck et 50 Cent du G-Unit ont mis sur pied la structure G-Unit Records afin de promouvoir des artistes de hip-hop de tous les horizons avec une volonté de privilégier le contenu des disques plutôt de savoir ce que cela allait rapporter. Sur le papier c'est plutôt louable et à priori pour beaucoup de labels indépendants, tous styles confondus, ce souhait paraît quasiment logique. Cependant si on ne peut qu'acquiescer à ce genre d'attitude, il faut bien prendre en compte une certaine réalité économique. Pour autant, faut-il vendre son âme au diable afin de survivre ? Vous pouvez respirer, la réponse est évidemment non. Pour le cas du G-Unit Records, on ne pourra pas dire que ce label n'est pas, jusqu'à aujourd'hui, intègre. Comptant dans ses rangs Mobb Deep, M.O.P., Ma$e ou Lil'Scrappy, Young Buck s'assure un catalogue de choix. Pour le moment, c'est au tour de Statikh Selektah, nouveau DJ du G-Unit qui vient renforcer Whoo Kid, de faire son apparition pour cette compilation mixée par ses soins. Sur ce disque, où ne figurent que des inédits, on retrouve assez logiquement Young Buck, 50 Cent, Mobb Deep, Lloyd Banks ou Kool G Rap. Je ne les cite pas tous mais chacun des autres intervenants sont à quelque chose près du même acabit.

Cette mixtape contient du lourd, certes, et elle aurait très bien pu se contenter d'un service minimum pour faire office de vitrine dorée au jeune label. Pourtant chez ces derniers on a les idées bien arrêtées et il n'est pas question de faire semblant. Même si on n'est pas au summum de ce qu'on a pu entendre d'eux, chacun des intervenants s'évertue à donner le meilleur de lui-même sans surjouer outre mesure. Cela en fait-il pour autant un bon disque ? Pas forcément mais The Empire Strikes Back se suffit à lui-même, sans être génial, et permet de se faire une idée précise de la direction prise par le label. Il faut dire ce qui est, l'album est suffisament efficace, malgré quelques titres un peu ronflants, pour qu'on ne jette pas l'anathème sur ce disque. On poussera même la galanterie jusqu'à offrir une petite place à la chanteuse Olivia (Longott de son vrai nom) considérée comme la "first lady" du G-Unit. On estime peut-être ici que la misogynie dans le rap n'est qu'une légende ? Un morceau sur vingt-cinq, on est décidément bon prince. Mais bon, ce n'est sans doute pas le sujet ici. The Empire Strikes Back est une mixtape honnête qui va peut-être permettre à Statik Selektah de se lancer hors de son pays.

note : 7

par Fabien, chronique publiée le 25-05-2006

A voir également :

http://www.statikselektah.com

?>